Nous suivre :



Dossiers :
 
Articles :

Tandis qu’un travail de relogement se mettait en place sur le terrain de la rue Truillot à Ivry, le préfet a pris la décision d’expulser le 8 juillet au matin la soixantaine de familles qui n’ont pas bénéficié d’aide à un relogement. Choisissant ainsi, comme le souligne le journal L’Humanité, une solution plus couteuse et moins humaine.
Ajoutons à ce choc, celui dont on parle moins souvent concernant la sélection « des familles à ne pas prendre en compte dans un diagnostique » de relogement tel qu’il a eu lieu sur ce terrain. Ainsi la mairie communiste trouvait une solution d’hébergement pour 22 familles, - ce qui change un peu du « qui n’ont pas vocations à rester en France » et laissait sur le carreau du bidonville expulsable des familles les plus démunies, avec des malades graves, et des enfants scolarisés. Des enfants a qui hypocritement, comme à ceux du terrain de la folie de Bobigny, on a « laissé » finir l’année scolaire avant de raser leur maison et leur affaires avec.

Entre aujourd’hui lundi 20 juillet et mardi 21matin 7h00, le terrain de la folie sera envahie par les forces de l’ordre pour y faire fuir tous ceux qui pourraient encore croire pouvoir rester.
Un appel est lancé afin d’être présent sur les lieux, auprès des familles, des équipes éducatives et voisins inquiets de ce que vont devenir ces personnes présentes à Bobigny depuis de nombreuses années pour la plupart.

Le terrain de la folie, pont de la folie, à Bobigny a été vendu à l’aménageur Sequano société mixte mixte (67,54 % public, 32,46 % privé) qui a pour objectif de construire une ZAC sur cette ancienne décharge laissée durant plusieurs années habitée par de nombreuses familles. Cette ZAC dénommée sur les panneaux publicitaires-informatifs : « Ecocité ».
Cet aménageur porte de nombreux « projets de réaménagements » de nos villes puisqu’il travaille à la construction du Grand Paris. Leurs projets s’étendent de Bondy, Noisy-le-sec, Pantin, Bobigny, Saint-Ouen, Rosny-sous bois, le Pres-Saint-Gervais, à Aubervilliers, Montreuil etc... Un très très gros morceau en somme.
(ci dessous la liste des membres du conseil d’administration qui devraient se sentir concernés par la mise à la rue de ses familles)


Voir en ligne : photos des enfants du terrain de la folie avec leur directrice d’école Véronique Decker/de : Leila Djitli


Photos : BSB

Archives
Tiré du Parisien décembre 2014 :

Le tribunal de grande instance (TGI) de Bobigny a rendu lundi soir son délibéré concernant le camp rom de la Folie, situé à Bobigny. Le campement devrait être évacué en juillet 2015. L’aménageur Sequano, qui doit construire sur ce terrain une partie de la future ZAC Ecocité, a en effet demandé l’évacuation du site il y a plusieurs mois déjà.

Selon les associations de défense des Roms, près de 250 personnes vivraient dans ce camp. Avec celui des Coquetiers, évacué en octobre, le camp de la Folie est le deuxième gros campement illégal de Bobigny. Le maire UDI, Stéphane de Paoli, avait fait de l’expulsion des camps roms illégaux l’une de ses priorités lors de sa campagne pour les municipales.


Le terrain de la folie, Bobigny /Photo : BSB


Appel pour Le terrain d’Ivry : expulsé le 5 juillet dernier

« Nous appelons les citoyens, les militants, les femmes, les hommes, les associations,
les partis politiques, les syndicats à se mobiliser pour être présents jeudi 9 juillet, à partir de 5H du matin, sur le bidonville de la rue Truillot à Ivry (M° Ligne 7 Mairie d’Ivry - rue Truillot perpendiculaire à l’école Joliot Curie, derrière la Mairie).

Les habitants du bidonville, plus de 300 personnes, nos voisins, nos amis, nos élèves vont être expulsés.

- Alors que de nombreuses propositions de solutions ont été faites pour que les habitants puissent être relogés et vivre dignement,
- Alors que tous les enfants du bidonville vont à l’école,
- Alors que toutes les familles ne souhaitent qu’une chose : s’insérer et vivre en paix au sein de la société française,
- Alors qu’il a les mains pleines pour pouvoir prendre la bonne décision,

Le préfet a choisi

- De préférer la propriété plutôt que les droits humains fondamentaux,
- De dépenser l’argent public pour expulser les gens plutôt que leur permettre de vivre dignement,
- D’utiliser son pouvoir pour repousser le problème un peu plus loin plutôt que le résoudre une fois pour toutes,
- D’opter pour une politique absurdement coûteuse plutôt qu’une gestion saine et pérenne de l’insertion des personnes.

Nous refusons cette politique cynique.
Nous refusons ce mépris de la dignité humaine.
Nous refusons que l’on chasse les pauvres plutôt que la pauvreté.

Jeudi matin, nous devons être les plus nombreux possible pour protester.
Pour soutenir les familles, pour nous assurer que personne ne se retrouve à la rue.
À nos côtés, nous aurons des juristes et des médecins militants.

Jeudi matin, nous serons nombreux, mobilisés, déterminés.
Prévenez vos amis, vos familles, vos voisins. »

RENDEZ-VOUS JEUDI MATIN
À PARTIR DE 5H
SUR LE BIDONVILLE DE LA RUE TRUILLOT A IVRY


Composition du conseil d’administration de SEQUANO AMENAGEMENT :
10 membres, conseillers départementaux de la Seine-Saint-Denis source site : http://www.sequano.fr/

Michel FOURCADE : Président de Séquano Aménagement
Belaïde BEDREDDINE : Vice-président de Séquano Aménagement
Corinne VALLS
Abdel SADI
Nadège ABOMANGOLI
Dominique DELLAC
Frédérique DENIS
Mathieu HANOTIN
Yvon KERGOAT
Séverine MAROUN

Les autres représentants :

représentant la ville de Bobigny : Christian BARTHOLMÉ
représentant de l’Assemblée Spéciale des villes : Carinne JUSTE
représentant la Caisse des Dépôts et Consignations : François ÉLIA
représentant la Caisse d’Epargne : Nathalie SZCZEPANSKI
représentant l’OPH93 : Marlène DOINE
représentant logirep : Corinne TARDIF
représentant société SAFIDI (groupe EDF) : Karine BLAISBOIS

Les censeurs :

représentant le Groupe Fayat : Laurent FAYAT
représentant le Groupe RaZel-Bec : Jérôme PERRIN
représentant la C.C.I.P : Bruno LAUBARD
Monsieur David GALLIENNE