Nous suivre :



Dossiers :
 
Articles :

Le 1er mai au matin, devant l’assemblée nationale pour Paris, et devant les Préfectures pour les autres départements.

Nous appelons tous les citoyens qui partagent cette volonté et cet espoir à se rassembler dans la matinée du vendredi 1er mai 2009 :

• devant l’Assemblée nationale à Paris à 11 heures, et

• devant les préfectures de tous les départements,

pour porter leurs revendications en commun.

Là où nous sommes, nous sommes divers. Chacun de nous a ses engagements, son métier, son éthique de professionnel et de citoyen. Chacun des collectifs, chacune des organisations associatives, syndicales, politiques a ses orientations et ses priorités.

Mais nous sommes confrontés au même rouleau compresseur, à la déconstruction des rapports sociaux, des services publics, des garanties des libertés. Opposer les individus les uns aux autres, exploiter la peur, organiser la surveillance, la délation, l’intimidation, traquer les diffuseurs de solidarité, c’est préparer la « guerre de tous avec tous ». Pour nous, l’État sécuritaire n’est pas la solution, mais le problème.

Nous refusons cette destruction du lien social qui attise tous les conflits et qui est porteuse de violences d’État comme de violences sociales. Nous refusons le populisme sécuritaire qui désigne des boucs émissaires à la colère des victimes de la « pwofitasyon ». Nous voulons en finir avec ces « contre-réformes » qui, loin de répondre à la crise, en aggravent les effets délétères sur le vivre ensemble. Pour les remplacer par les vraies réformes, urgentes et nécessaires au retour du progrès social et de l’état de droit.

Nous appelons à la construction, face à la crise sociale et aux contre-réformes sécuritaires, d’une société de solidarités, d’égalité et de garanties effectives des libertés individuelles.

Nous en appelons à une conception du Politique qui, au lieu de se nourrir de la fragmentation sociale, place au cœur de l’éthique démocratique la construction de nouvelles solidarités sociales et citoyennes.

Nous appelons tous les citoyens qui partagent cette volonté et cet espoir à se rassembler dans la matinée du vendredi 1er mai 2009 :

• devant l’Assemblée nationale à Paris à 11 heures, et

• devant les préfectures de tous les départements,

pour porter leurs revendications en commun.

De la délégation remettant cahiers de doléances, appels, pétitions, … à la ronde des obstinés (modalité d’action mise en valeur par la coordination nationale des universités),

LUTTONS TOUS ENSEMBLE :

• Contre la politique de la peur, contre la nuit sécuritaire
• Contre une société de surveillance
• Pour la défense de la citoyenneté et des professionnalités
• Pour la défense des services publics
• Pour le retrait de la loi Bachelot

IMPOSONS UN MORATOIRE À LA POLITIQUE GOUVERNEMENTALE

APPELONS À UN DÉBAT DÉMOCRATIQUE NATIONAL

Collectif Contre la Peur