Nous suivre :



Dossiers :
 
Articles :

Ci-dessous un florilège de l’actualité mondiale cette semaine… Chaud, chaud, chaud, 2011 est chaud. Du fond de notre État policier, on mesure combien le parti de l’ordre aura anticipé en France sur le potentiel explosif des politiques anti-sociales engagées avec une brutalité croissante partout. Museler toute forme de résistance, épuiser, circonscrire, corrompre, désamorcer : tel aura été le programme ; patiemment mis en place depuis une dizaine d’années. (Et déjà dans les tuyaux depuis un quart de siècle, quant on voit combien l’actuelle Loppsi descend en droite ligne de la loi Sécurité et Liberté de… 1977.) Ni les médias, ni les orgas, tous les mécanismes de défense de la société civile sont anesthésiés à l’heure de l’offensive générale pour une société de contrôle total. Consolons-nous en observant comment, en Tunisie comme en Egypte, le contrôle total appelle le soulèvement total.

BRÈVES DE LA GUERRE SOCIALE DANS LE MONDE
Du 19 au 25 janvier 2011
— -
Tunisie, Algérie, Egypte, Albanie, Chine, Bangladesh, Sénégal, Bolivie,
Grèce.
— -

Ces informations sont issues des mass médias, à prendre avec des pincettes
donc... Mais, en l’absence d’autres sources d’informations et alors que la
censure sévit notamment en Algérie, difficile de faire mieux.

***
19 janvier – Sénégal : Toute la nuit, à Dakar, émeutes des jeunes de différents quartiers pour protester contre les coupures d’électricité. Des pneus brûlent sur les principales artères de la ville.

19 janvier - Tunisie : Des milliers de manifestants à nouveau dans la rue à Tunis, Thala, Ben Guedane, Sidi Bouzid, Kasserine, Regueb... Quelques dizaines de manifestants bravent le couvre-feu instauré par le gouvernement d’union nationale.

20 janvier - Tunisie : 2000 personnes manifestent devant le siège du RCD à Tunis. L’enseigne du parti est déboulonée.

21 janvier – Albanie : manifestant anti-gouvernementale au pied du siège du gouvernement à Tirana. 3 personnes ont été tuées par balles policières. 33 manifestants et 17 policiers blessés.

21 janvier – Tunisie : manifestation à Tunis malgré le deuil national décrété en mémoire des victimes des assassinats policiers.

22 janvier – Algérie : « Marche pacifique » sévèrement réprimée à Alger,
plusieurs manifestants blessés, des centaines d’arrestations. Parmi les slogans scandés par les manifestants : “le pouvoir y en a marre”, “Etat assassin’ ou encore “Algérie libre, Algérie démocratique”... La manifestation été organisée par un parti politique d’opposition. Beaucoup d’étudiants y ont participé. Des dispositifs anti-émeute sont déployés dans la capitale depuis la mi-janvier.

22 janvier – Tunisie : Des centaines d’habitants du centre-ouest de la Tunisie, entament une marche sur Tunis pour réclamer le départ du gouvernement. D’autres marches similaires vont partir de la ville de Kasserine et de la ville minière de Gafsa.

23 janvier – Tunisie : A Tunis, des milliers des jeunes bravent le couvre-feu et entament un siège devant le palais du premier ministre. Banderole « on ne vend pas le sang des martyrs » pour dénoncer la récupération. Affrontements avec la police. Des militaires protègent, sans armes, le repli des policiers. Une voiture de flics est brûlée.

23 janvier – Chine : Dans la région de Guangxi (sud), la police tire et blesse 5 personnes lors d’une manifestation de travailleurs migrants organisée après que leur employeur se soit fait la malle sans les avoir payé. (À lire sur les tensions sociales en Chine du sud : http://dndf.org/?p=8835)

24 janvier - Bolivie : 5000 personnes manifestent contre la vie chère à Llallagua (sud-ouest du pays) dans deux cortèges organisés par un syndicat de mineur et un syndicat de paysans. À l’issue des manifs, certains pillent des magasins. Les syndicats forcent une partie d’entre eux à rendre les aliments.

24 janvier – Bangladesh : à Siddhirganj, 16 km à l’est de la capitale Dhaka, un mort et 100 blessés lors d’affrontements qui ont opposés les ouvriers d’un complexe pharmaceutique revendiquant pour leurs salaires aux flics assassins.

24 janvier – Tunisie : Manifestions de plusieurs milliers de personnes pour réclamer la démission du gouvernement de transition. Affrontements avec la police devant le siège du gouvernement. Grève illimitée des enseignants. Violences à l’intérieur des prisons contre les détenus, les familles organisent un sit-in quotidien devant le ministère de la justice.

25 janvier - Egypte : 15000 manifestants au Caire. « Moubarak dégage ! »,
« La Tunisie est la solution. » ou « Pain, dignité, liberté » sont scandés par les manifestants. Pierres vs lacrymos et canons à eaux. Rassemblements également en province, notamment à Alexandrie (nord), la deuxième ville du pays, à Assouan et Assiout (sud), dans plusieurs villes du delta du Nil, à Ismaïliya (sur le Canal de Suez) ou dans le nord du Sinaï.

25 janvier - Tunisie : Le siège devant le palais du premier ministre continue. Des manifestants prennent violemment à parti Moncef Marzouki, opposant au régime Ben Ali et prétendant au pouvoir, en le traitant « d’agent des français et des américains ». « Ça y est, tout le monde rapplique maintenant pour venir récupérer notre Révolution » exprime un manifestant interrogé à ce sujet. Une manifestation de soutien au gouvernement a été dispersée par des opposants au son de « dégagez, vermines », arrachant au pro-gouvernement des pancartes du type « Oui à la démocratie. Non au chaos. » Hormis Tunis (4000 personnes), des manifestations ont également eu lieu à Sfax, Sidi Bouzid et Bizerte. Appel à la grève générale à Sfax, deuxième ville du pays, pour demain (mercredi 26).

25 janvier – Grèce : à Athènes et Thessalonique, 300 migrants entament une
grève de la faim. « Nous mettons en devant notre vie pour mettre fin à l’injustice commise à notre égard. (...) Nous demandons de soutenir notre lutte, de ne pas permettre dans son pays la domination du mensonge, du fascisme et du despotisme des élites économiques et politiques. (...) Nous mettons en danger notre vie, parce qu’en tout cas il ne s’agit pas d’une vie digne. »

[Source : IACAM]