L’information au jour le jour sur le quotidien des sans-papiers.

Nous suivre :



Media :
 
Articles :

Dans la nuit du dimanche 30 mars au
lundi 31 mars, le local du CSP59 a
subi une effraction, a été saccagé et
divers matériels ont été volés, notamment
des tuyaux de cuivre et un ordinateur.

Le CSP59 est dans ce local depuis
2003, c’est la première fois qu’un vandalisme
effroyable s’y produit. Les
« voyous » ont opéré à des destructions
et dégradations violentes, mais
aussi, par exemple pour accéder à
l’étage, ont décroché une vitre entière
sans dégât ! Avant de casser tout simplement
la porte suivante. Les voleurs
ont aussi dévissé le placo du plafond
pour le poser sans dégât à terre.

Le vieil ordinateur (disque dur et
écran) a été volé, mais il y avait juste
à côté la sono et sur une étagère deux
autres sonos, toutes neuves d’une
valeur estimée de plus de 1500 euros
qui n’ont pas été touchées par les goulus
voleurs.

Le vol de l’ordinateur remet en
mémoire le vol de CD avec brisure de
vitre de la voiture d’un militant, Eva
L., qui coordonne l’étude en cours sur
le devenir des personnes sans papiers.

Une plainte a d’ailleurs été déposé à
ce propos. Saïd B. qui dirige l’étude
scientifique a aussi fait l’objet d’un vol
d’ordinateur sans aucune effraction à
domicile.

Un autre facteur qui interpelle est le
fait que tout cela se passe dans un
contexte de guerre déclarée par la
Préfecture du Nord pour mettre à
mort le CSP59, guerre qui dure depuis
les mois de juin/juillet/août 2007.
Ce contexte interpelle d’autant plus
que depuis 2003, date d’installation
au local de Fives, à juin 2007, jamais
un tel vol aussi violent dans le local
du CSP59 n’était arrivé.

Objectivement il est impossible de ne
pas s’interroger sur le sens véritable de
l’acte de sauvagerie dans le local, dans
le contexte d’attaques sans précédent
de l’État et de la Préfecture contre le
CSP59…

Le CSP59 met en garde tout de suite
sur la dangerosité de la situation où les
« choses » semblent objectivement
aller trop loin.

Il n’y a pas d’autre solution que la
satisfaction de la revendication de
régularisation des vingt-sept grévistes
de la faim, des sans papiers annoncés
régularisés sans suite et le retour du
CSP59 en Préfecture comme avant.

Rien, absolument rien, même y compris
des pratiques non avouables qui
sont utilisées dans ce combat déloyal
et non « politique » au sens noble,
n’entameront notre détermination et
notre résistance.

[Rappelons que le CSP59 effectura
une marche nationale du 19 avril au
10 mai, de Lille à Paris. Voir la page
35 du numéro 22 du Quotidien des
Sans-papiers.]

[Source : leblogducsp59.over-blog.com]