L’information au jour le jour sur le quotidien des sans-papiers.

Nous suivre :



Media :
 
Articles :

La mort de Salem Souli ou Essouli, précédait l’incendie du CRA de Vincennes l’été dernier. Son décès dans des circonstances inconnues, puisque les résultats de l’autopsie finale n’auront jamais été communiqué, n’avait pas été communiqué à sa famille vivant en France, notamment son fils de 14 ans. Depuis la mère de l’enfant a déposé une plainte, pour, notamment, « rétention d’information, homicide involontaire par manquement aux obligations de sécurité, et omission de porter secours ». La CIMADE et la fédération des tunisiens pour une citoyenneté des deux rives, FTCR se portent également partie civile.

On sait où repose Salem Souli. Son corps a été discrètement rapatrié en Tunisie le 7 juillet. Mais on ignore toujours de quoi est mort, le 21 juin, ce sans-papiers tunisien de 41 ans alors qu’il était au centre de rétention administrative (CRA) de Vincennes, dans l’attente d’une éventuelle expulsion. Une autopsie aurait été réalisée en France, dont on ne connaît pas les résultats. Une autre autopsie aurait été réalisée en Tunisie, dont on ne connaît pas non plus les résultats. Le fils de Salem Souli, âgé de 14 ans, et son ex-compagne, qui vivent en situation régulière en France, ne les connaissent pas non plus. Pas plus qu’ils n’avaient été informés du décès (Libération du 23 janvier).
Bref, de nombreuses zones d’ombre persistent, que le gouvernement ne fait rien pour dissiper. La seule certitude, c’est que Soulem Souli est mort, dans sa chambre, le 21 juin dans l’après-midi.

Retard.

Et de quoi est-il mort ? « Tant les premières constatations médicales que l’autopsie, réalisée dans le cadre de l’enquête en cours écartent la présence de traces anormales », déclarait la préfecture de police de Paris le lendemain du décès.
Dans un courrier adressé le 15 juillet au procureur de la République, Stéphane Maugendre, président du Groupement d’information et de soutien des travailleurs immigrés (Gisti), affirme que les responsables du CRA avaient été alertés sur l’état de santé du retenu, et ont mis beaucoup de temps avant d’appeler les secours. Réponse du magistrat, le 20 août : « Une enquête a été diligentée sur mes instructions par la deuxième division de la police judiciaire, puis j’ai requis la poursuite de ces investigations dans le cadre d’une information pour recherche des causes de la mort, le 31 juillet 2008, aucun délit n’étant, en l’état, caractérisé. » « Les investigations très complètes ainsi conduites devraient permettre de connaître l’ensemble des circonstances qui ont présidé au décès de M. Souli », poursuit le procureur.

Depuis, silence radio. Salem Souli a été subrepticement enterré. Comme son affaire ? Justement non. Le 21 janvier, sa compagne et son fils ont porté plainte pour, notamment, « rétention d’information, homicide involontaire par manquement aux obligations de sécurité, et omission de porter secours ».

La médiatisation de la plainte a suscité des témoignages. L’un, reçu par Marianne Lagrue, l’avocate de la famille, émane d’un ami du Tunisien. A l’en croire, Salem Souli souffrait d’une maladie respiratoire et aurait réclamé, en vain, de voir un médecin en rétention. Selon une infirmière, le médecin du centre aurait signé un certificat de non-compatibilité avec le retour, qui interdisait son expulsion de France.

« Asthme ».

Le 22 juin, lendemain du décès, des retenus mettaient le feu au centre. Quinze jours plus tard, son corps était expédié vers la Tunisie. La suite, on peut la lire dans le quotidien tunisien Ach-Chourouk : « Lundi 7 juillet 2008, plusieurs dizaines de personnes - des voisins et des membres de la famille - ont assisté aux funérailles de Salem Souli (alias Sami), 41 ans, originaire du quartier Bab Djazira à Tunis. » Dans cet article, le père du défunt affirme avoir été en contacts réguliers avec son fils.
Selon lui, ce dernier « souffrait depuis longtemps d’asthme et d’une insuffisance rénale ». Salem « a pris contact avec son médecin traitant qui a présenté une demande aux responsables du CRA de Vincennes en vue de le transférer à un hôpital parce que sa détention dans une chambre sans aération ne correspondait pas à son état de santé », confie encore le père. Malgré un dossier médical « prouvant qu’il a été hospitalisé pendant cinq mois », les responsables du centre n’auraient pas donné suite.

Et Salem Souli serait mort d’une « crise d’asthme aiguë ».

[source : Fédération des tunisiens pour une citoyenneté des deux rives]