Nous suivre :



Dossiers :
 
Articles :

30e Salon du Livre de Paris - 30/03/2010, 20h

J’ai pris à partie Dominique de Villepin, ancien premier ministre à ce moment là, sur le fait que le livre Clearstream, l’enquête de Denis Robert a été retiré des librairies pendant qu’il sortait (du 10 juin au 3 juillet 2006) - celui qui sauve involontairement la mise à Sarkozy et révèle les manipulations du corbeau dans l’affaire Clearstream II.


Voir en ligne : francafric.free.fr

La réponse de Domininque de Villepin (sur un air réflexif, puis faussement étonné) : « Hein ? Comment ? Ah, je ne savais pas ! »

Moi : « Il y a eu des pressions politiques, d’après ce que j’ai lu. »

DDV : « Vous voulez dire ? »

Moi : « Oui, entre le jeu de l’opposition Sarkozy/DDV au coeur de Clearstream II, vous même donc. »

DDV (déjà moins souriant, mais encore davantage concentré et malin - signes cognitifs évidents du regard/gestes manifestes qui transparaissent alors aussitôt et spontanément) : « Vous m’accusez ? Je le vois partout son livre ! »

Moi : « Non, mais Denis Robert indique qu’à la sortie de son ouvrage, lorsque c’était le plus important, le livre a été retiré ! »

DDV : (d’un air vraiment embarrassé) : « Ecoutez, il a du juger qu’il était mauvais pour lui de le sortir à ce moment là. »

Moi : « Non non, il l’avait bien sorti, avec son éditeur Les Arènes. Et l’ouvrage a été retiré suite à sa parution dans les Fnacs et autres distributeurs. »

DDV : « Je ne savais pas. »
(diversion du regard, soudain, et corps qui se tourne face à d’autres demandes progressivement)

Moi (toujours aimable, souriant et reconnaissant de cet échange pour le moins incongru avec ce grand stratège, au combien actif dans la vie française, notamment à venir, hélas !) : « Je ne vous dérange pas davantage. »

D’où l’impasse sur la question évidente qui suivait : Que pensez vous Mr de Villepin, du retrait, en démocratie, d’un ouvrage en librairies, sous demande politique/parquet, comme cela fut le cas également, en juin 2003, pour « Est-ce dans ce monde là que nous voulons vivre ? » d’Eva Joly aux Arènes éd. encore et toujours ?!


Pour rappel :

L’offense faite à Dominique de Villepin

"La veille de la parution de Clearstream l’enquête de Denis Robert, un motard de Matignon s’est présenté dans nos bureaux avec une lettre de menaces du chef de cabinet de Dominique de Villepin.

Ses services annoncent aujourd’hui le dépôt d’une plainte en diffamation. C’est la première fois depuis le début de la Ve République qu’un Premier Ministre attaque un livre." Laurent Beccaria

http://www.arenes.fr/spip.php?article380

En annexe :

Mon soutien face à une précédente action juridique tout aussi ignoble, cette fois des principaux potentats africains, les dictateurs sanguinaires O.Bongo, D.Sassou N’Guesso et I.Déby, pour « Offense à Chef d’Etat » à propos du livre Noir Silence de François-Xavier Verschave, aux Arènes : http://francafric.free.fr

Notes lors du Procès Clearstream

Après le procès Elf, et les fameuses Ecoutes de l’Elysée, me voilà de retour du procès Clearstream. Un moment fort, dense et explosif, où l’adrénaline monte d’un coup, sous l’excitation, au coeur d’un dispositif du monde des puissants, avec I.Lahoud comme personnage central, encore très mystérieux.

Sur le web, chacun y va de son commentaire. De quoi recouper avec mes premières notes (entre 9h29 et 10h19 le 12/10/09). Quasi un huis clos familial autour de la déposition de Mr François Gontier, homme d’affaire apparaissant dans les faux listings, et donc partie civile, cuisiné principalement par les avocats de D.D.Villepin et confronté à I.Lahoud, son ennemi proche. Même subjectivité dans la traduction de ce dossier relativement sensible, sur le fil Twitter « obs_clearstream » d’Olivier Toscer. Mon son de cloche personnel est donc assez différent.

Pour faire vite, je livre ici mes quelques notes, sans le temps de corriger les noms et formules. N’hésitez pas à compléter. Merci, le travail m’attend...

12/10/09 9h30

1re chambre - Tribunal de Paris

Les parties civiles plaident cette semaine. Le juge Bidalou est là. Les photographes s’installent, motivés. Ils s’amusent à prendre des clichés à travers le hublot donnant sur les prévenus. Toujours Noelle Herren Schmidt, le même dessinateur, joyeusement excité avant de voir se déployer sa longue journée. Il salue tout le monde. Me Maisonneuve enfile sa robe, entouré, avant de rentrer dans la salle. Dans le silence, une confidence de Bidalou : « Gergorin au procès Thomson, formidable ». Premier sentiment partagé : ca tricote. Toutes les affaires sont mélangées. W.Bourdon est là. L’avocat de feu F.X.Verschave « s’est placé auprès de Bakchich » selon les mots narquois de mon acolyte. La belle soeur de D.D.Villepin doit témoigner en premier. Précédemment l’ancien premier ministre a déclaré ne pas avoir rencontré I.Lahoud. Celui-ci indique le contraire. Nouvelle confidence de Bidalou : « les témoins de moralité du juge Van Ruymbeke étaient Henri Leclerc et Olivier Metzner, les avocats de DDV ! » Il me montre ainsi la Décision de V.R. au Conseil supérieur de la magistrature datée du 20 novembre 07 (« Rapport activité, les français et leur justice » - 2007)

9h35

Répartition quasi constante des places : en arrière droite, la presse ; en arrière gauche, le public (15 personnes) ; devant, les parties civiles et quelques proches ; les prévenus au premier rang ; en face, le Pdg du tribunal avec les juges et assesseurs ; à droite, le procureur. Toujours un peu les mêmes avocats du côté des affaires et politiques. Thierry Herzog notamment, pour défendre Nicolas Sarkozy, en arrière avec ses collègues, regard d’aigle, malin, en observation avant la charge. De l’autre bord, les victimes et les sans grades.

Denis Robert est sur le banc des prévenus. Mr François Gontier à la barre, déclare être le mari de Claudine Ahmad Lahoud, en lien de parenté avec I.Lahoud, par son arrière grand père au Liban. De plus la cousine germaine de son épouse a épousé le frère d’Imad. Il a également occupé un bureau commun avec lui, au 121 av. de Villiers en 96-97. Mr Gontier est pdg de 4 groupes français, dont Bourgoin, et président d’une chaine d’hôtels en Asie (il précisera ne pas avoir d’activité avec les pays de l’Est). Derrière, Daniel Leconte, un célèbre journaliste d’Arte s’installe sur les bancs de la presse. Mr Gontier poursuit : « J’étais en désaccord avec I.Lahoud. Je n’ai pas mis d’argent dans son fond. Car je ne comprenais pas ses opérations financières en 98-99. C’est un petit milieu, les marchés financiers. Le Volter Fund Ltd voulait travailler avec nous. J’ai déconseillé à la Société générale d’être en relation avec le fond de I.Lahoud. Nous avions prêté de l’argent à I.Lahoud avec mon frère, qu’il a du rembourser en novembre 02, lors d’un rendez-vous à place des Ternes. Il ne s’en est jamais remis. Walid m’a dit qu’Imad avait demandé l’orthographe de son nom ( »avec h ou sans h ?"). Un sous entendu pour le mettre dans les listings par vengeance.

Mr Gontier poursuit : « Mr Gergorin m’invitait pour se renseigner. Nous avons eu 2 ou 3 déjeuners. Gergorin est dans une névrose paranoïaque. Il m’a fait une cours incroyable, pour finalement me vomir après par derrière. » Il enchaine :« J’ai indiqué à mes proches de ne pas travailler avec Imad, car son contexte est malsain. Je me retrouve en conflit avec Gergorin & I.Lahoud. I.Lahoud met mon nom dans toutes les listes. Il a réalisé une note à destination de la DGSE et fait courir la rumeur que je ferais du trafic de jeu de patinage. Il fait naitre l’opprobre autour de moi. Du coup, les banques ont tout coupé. Elles avaient touché des sommes astronomiques. Quand je négocie avec 4 000 salariés de la S Duc, qui risquent là de perdre leur travail, cette affaire a de quoi traumatiser. La justice n’est pas équitable ».

Le Président du tribunal, Dominique Pauthe : « Vous n’avez pas sollicité le juge Van Ruymbeke à ce sujet ? »

Mr Gontier : « non, non ». Il poursuit : « Le contact a été renoué avec Walid. J’ai voulu récupérer l’ordinateur d’I.Lahoud. Il l’avait offert à sa soeur (après avoir écrasé la mémoire). J’ai fait revenir l’ordinateur, et je l’ai remis à un juge en janvier 08. »

Lors de sa première déposition, Mr Gontier avait indiqué un lien entre Lahoud & DDV. Ainsi : « il y a eu intervention du ministre des affaires étrangères, DDV, pour une place au lycée français offerte à la famille d’I.Lahoud, pour la rentrée scolaire de septembre 2004. Un geste assez fort : faire rentrer la petite Zoée à l’école ».

Dominique Pauthe, le président du tribunal : « Vous y allez franchement. C’est carré ! »

Mr Gontier : « C’est ce que ma famille indiquait. »

Hors DDV a quitté ses fonctions au quai d’Orsay en avril 2004, ce que rappelle aussitôt Me Olivier Metzner accompagné de Me Luc Brossolet, avocats de DDV : « DDV n’était plus au ministère des affaires étrangères en 2004 ! »

Mr Gontier : « Oui, mais ma famille disait que grâce à I.Lahoud, notre fille est au lycée français. Ma famille disait que I.Lahoud était formidable. »

Pour précision, Anne-Gabrielle Heilbronner, la femme de I.Lahoud avait un poste de conseillère au ministère des affaires étrangères à ce moment là.

Me Olivier Metzner, avocat de DDV, à Mr Gontier :« A propos de l’affaire Sita en 98, vous avez acheté et vendu des titres avant que l’OPA se réalise. I.Lahoud a acheté, sur la base du même coup de téléphone. »

Mr Gontier : « La justice n’est pas équitable. Concernant le recel de délit d’initié, ce que je disais tout à l’heure. I.Lahoud a acheté davantage. Il n’a jamais été entendu, jamais inculpé. Moi, j’ai été condamné. Il y a deux justices ! Donc I.Lahoud bénéficie de protections. De qui ? Par ailleurs, l’AMF m’a disculpé, contrairement au tribunal. »

I.Lahoud (ton vif) :« Le Volter Fund Ltd, par l’intermédiaire de Tony Saquia [?] a acheté ces titres. Ce n’est pas moi directement. Il a été entendu par l’AMF. La Cob (ancienne AMF) voulait savoir. Le courtier conseil était Euroland finance. La Cob a estimé qu’il n’y avait pas de délit d’initié. Le fait de recevoir des tuyaux est habituel. Mais nous n’avons pas reçu de coup de fil à proprement parlé. » Il poursuit : « DDV n’est jamais intervenu, ni pour ma femme, ni pour Zoée. »

Dominique Pauthe, président du tribunal : « Mr Gontier le dit. »

I.Lahoud (virulent) : « Ma femme est haut fonctionnaire, brillante. Elle a travaillé aux cabinets d’Eric Woerth et de P.Douste-Blazy. [...] Mr Gontier a prétendu certaines choses concernant l’ordinateur. Hors j’ai donné cet ordinateur en France. Je ne l’ai pas remis quand il le dit ! »

Mr Gergorin : « J’ai connu Mr Gontier au moment de l’affaire Lagardère. J’ai recommandé à Mr Camus de le voir. Celui-ci n’a pas donné suite à ce premier contact. Quand le nom de Mr Gontier est apparu dans les listings, ca m’a préoccupé. Car il est un operateur brillant. Le listing apparaissait dans un contexte d’adversité à Lagardère. J’ai testé Mr Gontier pour savoir quelque chose. Mais il était furieux contre moi. »

DDV (sur le ton de l’emphase, solennel et pénétré) : « Je ne suis pas un adepte de l’interventionnisme ! Et je ne connais pas I.Lahoud. »

Gergorin : « Le nom de Mr Gontier est apparu en 2003. Puis dans les listings informatiques. »

Me Olivier Metzner, avocat de DDV : « L’inspecteur de la Cob a enquêté sur le dossier Volter Fund Ltd. F.Pérol était Commissaire du gouvernement. »

Rappel : depuis, Mr Pérol a été nommé à la tête de la Caisse d’Epargne. Tout le monde est d’accord. E.Plenel est dans la salle.

Mr Gontier : « Sur le listing, il y a pas mal d’amis et clients. Mr Marc Ponion [?] est sur la note de la DGSE. Hugues de la note [?] aussi... »

Mr Gontier poursuit : « Mr Gergorin me connaissait dès 2003. Je l’ai rencontré trois fois. [...] I.Lahoud bénéficie sur le même dossier de protections. L’opération était ici même. Il y a deux poids deux mesures. [...] Je n’ai pas donné d’argent pour récupérer l’ordinateur de I.Lahoud. Mais j’ai offert un ordinateur en échange, pour le récupérer en 2006. Je l’ai fait mettre chez un avocat, et ramené en juin 2006. [...] Je n’ai pas connu le côté vantard de I.Lahoud. »

Mr Gontier (réponse sous la charge de Me Luc Brossolet, avocat de DDV) : « I.Lahoud a mis mon nom dans l’ordinateur. Egalement celui de Mr Hughes de Lasteyrie, mon principal client. J’étais administrateur de Luxor Euroland. »

I.Lahoud :« Je ne connais pas Mr Hugue de la Stani. Je ne connaissais pas la liste des noms. J’en ai entendu parler par Mr Gergorin. »

I.Lahoud : « J’ai rencontré Mr Michel Prada, président de la COB, à un concert avec ma femme violoniste. Il y a eu une réunion à la Cob, fin 99 début 2000. On avait monté un site de courtage et demandé un agrément pour être société de bourse. On a également présenté un dossier à la Banque de France et à la Cob. [...] Je n’ai pas fait de tentative de chantage. Mais oui, je suis intervenu à l’instruction, devant la police. »

Le Président du tribunal Dominique Pauthe : « Vous savez, les couloirs sont étroits entre le palais de justice et l’instruction »

Me Olivier Metzner, avocat de DDV : « Le chantage fut fait avec l’agent de la Cob, afin de ne pas déclarer Hachette gestion !? Il y eut une plainte de l’agent de la Cob. Ce qui justifie le rendez vous avec la Cob ! »
I.Lahoud : « La Cob avec son président ont donné l’accréditation. C’est très opaque comme système. Mais c’est comme ca. »

Avocat de I.Lahoud (énervé, le ton monte) : « Vous affirmez pour lancer le trouble ! Mon client est autant prévenu innocent que DDV ! »

Mr Gontier, tout rouge, échauffé, en sueur, quitte le tribunal.

10h20

W.Bourdon à la barre. Mais déjà l’heure de partir ! Toujours ce fichu travail qui empêche de faire quelque chose d’intéressant et sincère, citoyen en somme. Comme ces accréditations à la noix pour assister aux audiences librement ! E.Plenel sort également. Me Maisonneuve m’observe. Denis Robert est accompagné de sa fille. Un dernier échange avec le juge Bidalou à propos de Jean Edern Hallier. Il me dit que c’est effectivement ca la liberté, le coté iconoclaste de Jean Edern, à passer de l’extrême gauche à l’extrême droite, au niveau relations. Et toujours cette suffisance du pouvoir, comme référence de bonne foi : « Ma femme haut commissaire, brillante, au service de l’Etat... » Norme ridicule prônée comme recourt ultime par I.Lahoud ! Un final qui vire au cirque, orchestré par les avocats : de façon à créer le brouhaha, soudain, entre la défense de I.Lahoud et celle de DDV. Comme me le rappelait un de mes camarades de procès, le truculent juge Bidalou une nouvelle fois, toujours présent dans les moments épiques, la plupart des grosses affaires s’entremêlent jusqu’à la nausée. Autant délier ce que le parquet ne fera pas sans masquer l’essentiel. Nous allons suivre à la trace le courtier d’affaire Mr Gontier, remonter les grosses ficelles tendues entre ce troublant personnage et la Bourse, les plus grandes boites concernées, via les ministères et autres places d’intérêt et gestion de titres. Un agent double y est pour moi dépêché, car je suis souffrant bien sûr.

On the Move...

(bientôt mes notes du procès en date du 14/10/09)

A voir également :

http://www.facebook.com/l/544f4;ecoutes.elysee.free.fr

http://www.facebook.com/l/544f4;www.lecourrier.ch/index.php?name=NewsPaper&file=article&sid=444913

http://www.facebook.com/l/544f4;dossierssignales.blogs.nouvelobs.com/

http://www.facebook.com/l/544f4;www.latribune.fr/actualites/politique/affaire-clearstream/le-proces-clearstream/20091012trib000432200/le-proces-clearstream-minute-par-minute-bertrand-contre-lahoud-delmas-contre-gergorin.html

http://www.facebook.com/l/544f4;www.20minutes.fr/article/353809/France-Clearstream-l-audience-en-live-comme-au-tribunal.php

http://www.facebook.com/l/544f4;www.latribune.fr/actualites/politique/affaire-clearstream/le-proces-clearstream/20091012trib000432200/suivez-le-proces-clearstream-minute-par-minute-ce-lundi-l-ancien-patron-des-rg-temoigne.html

http://www.facebook.com/l/544f4;www.latribune.fr/actualites/politique/affaire-clearstream/le-proces-clearstream/20091014trib000433174/proces-clearstream-minute-par-minute-je-demande-50-millions-contre-sarkozy-.html

http://www.facebook.com/l/544f4;www.lexpress.fr/actualite/societe/justice/si-nous-avions-eu-un-parquet-independant-nous-n-en-serions-pas-la_794504.html

http://www.facebook.com/l/544f4;www.20minutes.fr/article/353809/France-Clearstream-l-audience-en-live-comme-au-tribunal.php

Sur Mr Gontier notamment :

http://www.facebook.com/l/544f4;survie.org/francafrique/justice/Arrestation-du-capitaine-Barril-La

(la suite de ce compte rendu détaillé, du temps de ma présence au tribunal - quasi complet, contrairement à tout ce que j’ai pu lire dans la presse, après le procès - il faut le dire haut et fort, au risque même d’être très pesant : selon que les professionnels des médias/édition daignent se pencher trois secondes sur le financement d’un tel travail d’intervention sociale et politique, on ne peut plus précarisé/bénévole - j’arrive à bout, victime d’harcélement moral/santé/racisme/hygiène&sécurité déplorables, durant presque l’intégralité de ma jeune première décennie d’adulte, d’entreprises en entreprises capitalistes barbares - c’est un tabou de le dire - de tous types, familiales ou institutionnelles privées/sous traitantes d’Etat, importantes ou non, sur les divers postes les plus ingrats, dont profitent en permanence et avec de plus en plus de virulence/aplomb, les friqués verreux, desquels j’aurais à me défendre, sans plaisir, ni réel retour face à ce mal ultralibéral généralisé/encouragé, mais avec raison, via une parution visible et souhaitée, anonyme ou non, help !)