L’information au jour le jour sur le quotidien des sans-papiers.

Nous suivre :



Media :
 
Articles :

Les demandeurs d’asile vivent peut-être dans un confortable hôtel quatre étoiles, au nord de Birsbane, mais ils sont comme des « canaries dans une cage en or », déclare une avocate, M.Steen. Il dit que les 79 demandeurs d’asile hébergés au Virginia Plams Hôtel y vivent comme des détenus et non comme des vacanciers. « Quiconque qui est détenu, en attente d’une décision, peu importe qu’il soit bien nourri, qu’il ait chaud la nuit, et qu’il soit sauf, il n’est pas bien parce qu’il lui manque la liberté ».

Le gouvernement australien a passé un contrat avec l’hôtel pour un montant de 1.2 million de dollars, pour un durée de location de 6 mois.

L’avocate des réfugiés déclare « les demandeurs d’asile vont peut-être bien physiquement mais ils sont enfermés. ils sont privés de leur liberté. Peu importe le confort, ils préfèreraient vivre dans une cahute sale et être libre ». Elle explique que les réfugiés souffrent de traumatismes psychologiques même longtemps après leur remise en liberté.

Ce groupe de réfugiés ont été transféré de Christmas Island à l’hôtel parce que le centre de rétention de Bisbrane est plein depuis mars

[Source : rétention_l]