L’information au jour le jour sur le quotidien des sans-papiers.

Nous suivre :



Media :
 
Articles :

En décembre 2002, Sarkozy, alors ministre de l’intérieur, fit fermer (avec le
consentement du député PS de la 6e circonscription du Pas-de-Calais ... Jack
Lang) le camp de réfugiés de Sangatte. Il fut ouvert en 1999 par des Calaisiens
qui ne supportaient plus de voir des êtres humains dans un total dénuement.

Il
fut par la suite géré par la Croix Rouge jusqu’à sa fermeture. Il hébergeait
plusieurs centaines de sans papiers, dont un bon nombre souhaitait se rendre en
Grande Bretagne. Décision funeste, qui encore une fois n’avait d’autre finalité
que de “faire un coup médiatique” !

Les problèmes se sont aggravés : les sans
papiers sont toujours là bien sûr, mais ils n’ont plus aucun endroit où se
réfugier.
Si nous savons que le camp de réfugiés de Sangatte n’était pas une solution,
force est de constater que les conditions de vie des sans papiers se sont
gravement dégradées. On rencontre beaucoup d’hommes, de femmes et d’enfants en
errance, n’ayant pour seul abris que des toiles de tente, ou les blockhaus du
Mur de l’Atlantique.

Près de mille personnes survivraient dans ces conditions
sur la côte, dont 5 à 600 dans les environs de Calais. La plupart viennent
d’Afghanistan. Elles fuient les bombardements causés par la « guerre
antiterroriste » menée par les États-Unis, la France, la Grande Bretagne...

Le
cynisme n’a pas de limite ! Comment refuser l’asile et un accueil digne à des
gens fuyant cette guerre dont les responsabilités occidentales ne sont plus à démontrer ?

Non contente de laisser volontairement des êtres humains dans le plus grand
dénuement, la préfecture du Pas de Calais organise de véritables chasses à
l’homme. Chaque jour, les CRS et autres corps de l’ordre sécuritaire harcellent
ces personnes en détruisant leurs moyens de campement, gazant les blockhaus dans
lesquels ils survivent, brûlant leurs duvets, couvertures et même leurs
chaussures.

Les sans papiers se plaignent chaque jour de violences policières.
D’un côté, tout le monde s’offusque que des SDF meurent à Paris (Boutin allant
jusqu’à proposer l’hébergement de force de ces derniers) et de l’autre, l’État,
dans le Pas de Calais, met sciemment en danger la vie de personnes, sous
prétexte qu’elles n’ont pas de papiers !

Les associations et collectifs calaisiens soutenant les sans papiers sont aussi
dans le collimateur de la préfecture. Plusieurs de leurs adhérents ont été
poursuivis, voire placés en garde à vue et condamnés parce qu’ils soutiennent
concrètement les sans papiers ; autrement dit, ils sont poursuivis pour
“assistance à personnes en danger” !

LA SOLIDARITE N’EST PAS UN DELIT.

La répression ne nous empêchera pas de nous opposer concrètement
à la politique inhumaine et xénophobe du gouvernement Sarkofeux.

LE 31 DÉCEMBRE 2008, DE FRANCE ET D’AILLEURS TOUS ET TOUTES,
RASSEMBLONS NOUS A CALAIS POUR EXPRIMER NOTRE SOLIDARITE
AVEC LES SANS PAPIERS, LES ASSOCIATIONS ET LES COLLECTIFS

Apportons des couvertures, des duvets, des vêtements, des chaussures...,
et de quoi partager une nuit conviviale

EXIGEONS :

LE DÉPART DE TOUTES LES FORCES DE POLICE CHARGÉES DE RÉPRIMER
LES SANS PAPIERS ET LEURS SOUTIENS.

L’ARRÊT DES EXACTIONS DE LA PRÉFECTURE DU PAS DE CALAIS
À L’ENCONTRE DES SANS PAPIERS ET DE LEURS SOUTIENS.

LA FERMETURE ET LA DISPARITION DES CAMPS DE RÉTENTION.

LA RÉGULARISATION DE TOUS LES SANS PAPIERS.

LA LIBERTÉ DE CIRCULATION ET D’INSTALLATION.

L’OUVERTURE DES FRONTIÈRES

(contacts pour les détails des convois)

SôS Soutien ô Sans papiers :

06 98 70 33 49

soutiensanspapier@gmail.com

Collectif de Soutien aux Demandeurs d’Asile et aux Sans Papiers :

adresse du site : http://csdasp37.free.fr/

06 34 19 64 98

csdasp37@no-log.org


PS : Il n’est pas évident que le gouvernement « s’offusque que des SDF meurent à Paris », sinon ce problème aurait été réglé depuis qu’il est apparu... QSP