L’information au jour le jour sur le quotidien des sans-papiers.

Nous suivre :



Media :
 
Articles :

En Sarkopolie, pays des Guéants, des Bessons, des Hortefeux, on remarque à quel point les médias sont vieux jeu. Après des années de lutte, si les mauvaises langues diront qu’ils n’ont pas gagné grand chose sur le plan politique, les collectifs de Sans-Papiers en ont au moins gagnée une auprès des étranges habitants de ce pays : celle d’être reconnus, non plus en tant que clandestins, mais en tant personnes.

Une évidence nous diriez-vous ? Apparemment pas comme vous pourrez le constater en lisant les deux articles ci-dessous. Il semble qu’en Sarkopolie, même lorsque l’on décède, on reste un clandestin. Alors, quand un « clandestin » meurt sous les coups d’un policier, on ne va tout de même pas trop en parler. Surtout que demain, il y a le mariage princier en Grande Bretagne, et cela occupe suffisamment toutes les chaînes de qualité de notre magnifique contrée.

En attendant qu’un jour ces journalistes ouvrent un peu les yeux, aient un peu de dignité, et se rappellent de leur rôle fondamental dans une démocratie, et même, pourquoi pas, nous délivrent des articles de qualité ; on espère bien, sans trop d’espoir, que le policier à l’origine de ce ou ces coups de pied ayant entrainé la mort d’Adinani soit jugé, et que toute la lumière soit faite sur cette mort, encore une fois, douteuse. Car donner des coups de pied dans le dos de quelqu’un et le laisser dévaler une colline, ici on n’appelle pas ça un accident, ni même une bavure, mais un meurtre.

QSP

Le 26 avril 2011

  Mayotte : décès lors d’un contrôle policier

AFP

Un clandestin d’une quarantaine d’années, prénommé Adinani, est décédé aujourd’hui sur les hauteurs de Doujani, au sud de Mamoudzou (Mayotte), à la suite d’un contrôle d’identité mené dans le cadre de la lutte contre l’immigration clandestine, a indiqué une source policière.

Ce contrôle aurait tourné en course-poursuite, selon un témoin, Zouheir, poursuivi en même temps que la victime.

« Le policier lui a donné un coup de pied dans le dos. Il est tombé et a dévalé toute une colline. Je pensais qu’Adinani allait pouvoir se relever mais son coeur a lâché et il est mort », a affirmé Zouheir sur la télévision Mayotte 1re.

Le procureur de la République s’est rendu sur les lieux où une vive tension était perceptible auprès de nombreux jeunes qui s’opposent à la remise du corps aux forces de l’ordre pour les besoins de l’enquête.

Des milliers de Comoriens clandestins venus d’Anjouan tentent chaque année de s’installer à Mayotte, distante de seulement 70 km. Sur les quelque 200.000 habitants de l’île, les clandestins représentent environ le tiers.


  Mayotte : un clandestin meurt à la suite d’un contrôle d’identité

Publié : mardi 26 avril 2011 à 17:38 - Modifié : 26/04/2011 à 18:01

Selon une source policière, un clandestin âgé d’une quarantaine d’années est décédé à la suite d’un contrôle d’identité qui aurait dégénéré en course-poursuite sur les hauteurs de Doujani, à Mamoudzou. Prénommé Adidani, ce clandestin aurait reçu « des coups de pied dans le dos avant de dévaler une colline », affirme un témoin.

Dans le cadre de la lutte contre l’immigration clandestine, un contrôle d’identité mené dans le Sud de Mamoudzou - précisément sur les hauteurs de Doujani - aurait mal tourné. Poursuivi en même temps que la victime, un témoin affirme que ce contrôle se serait transformé en course-poursuite avant de s’achever par un drame.

Interrogé sur Mayotte 1re, ce témoin prénommé Zouheir explique « un policier lui a donné un coup de pied dans le dos. Il est tombé et a dévalé toute une colline. Je pensais qu’Adinani allait pouvoir se relever mais son coeur a lâché et il est mort ».

Suite au décès d’Adidani, le procureur de la République s’est rendu sur les lieux, dans les hauteurs de Doujani. Dans un climat de tension, les jeunes sur place ont refusé de remettre aux forces de l’ordre le corps de la victime, bien que cette demande soit nécessaire pour les besoins de l’enquête.

linfo.re


QSP - Ajout 00:06 30/04/11

  Mayotte - Un mort lors d’une intervention de la Paf

Ce matin, une personne en situation irrégulière a été retrouvée morte à Doujani
suite à une opération de la Police aux frontières dans ce quartier de Mtsapéré,
village situé à la périphérie de Mamoudzou. Les circonstances exactes de
l’accident restent pour le moment indéterminées, mais c’est bien en voulant
échapper aux agents de la Paf (police aux frontières) que ce quadragénaire a
trouvé la mort.

Selon les premières informations recueillies sur place, la victime n’aurait pas
réussi à reprendre son souffle suite à une lourde chute sur un rocher, mais les
témoignages divergent sur la responsabilité exacte des agents de police
préalable à cette chute. « Le policier lui a donné un coup de pied dans le dos.
Il est tombé et a dévalé toute une colline. Je pensais qu’Adinani allait pouvoir
se relever mais son coeur a lâché et il est mort », a affirmé, sur Mayotte 1re,
Zouheir, poursuivi en même temps que la victime.

Vers neuf heures ce matin, les pompiers arrivés sur place - alors que les agents
de la Paf avaient pour leur part quitté la zone - n’ont pu que constater le
décès. A Doujani, la population excédée a d’abord voulu garder le corps dans la
mosquée du village. Ce n’est qu’avec l’intervention des forces de l’ordre que la
dépouille a pu être récupérée. Le corps a été transféré au centre hospitalier de
Mamoudzou où le médecin légiste procèdera à l’autopsie demain matin. Le
procureur de la République s’est rendu sur les lieux où une vive tension était
perceptible parmi les nombreux jeunes qui s’opposaient à la remise du corps aux
forces de l’ordre pour les besoins d’une enquête qui apportera peut-être plus
d’explications sur les causes exactes du décès.

La famille de la victime a déposé plainte contre X.

Deux autres personnes ont été blessées lors de cette même intervention de la
Paf, la première ayant eu le bras cassé, et la seconde étant atteinte aux côtes.

Un compte rendu d’Albalad, et surtout un témoignage d’une autre personne chassée
par la PAF

http://www.albaladmayotte.com/viewer.php?edition=197