L’information au jour le jour sur le quotidien des sans-papiers.

Nous suivre :



Media :
 
Articles :

Le mardi 14 juillet, MK, un retenu du Mesnil Amelot réussit pour la quatrième fois à être débarqué. Tabassé et insulté par les flics à l’aéroport, il sera ramené au centre de rétention (pour être une nouvelle fois présenté à Orly le surlendemain). Ce soir là, à son retour au centre de rétention, les autres retenus voyant son état, décident de débuter une grève de la faim.

Le jeudi 16 juillet, MK, présenté au vol de la Royal Air Maroc pour Casablanca à 14h10, est redescendu après 10 minutes. Présenté quelques heures plus tard au vol de la RAM de 16h50, il est à nouveau débarqué – à moins qu’il ne soit pas du tout monté dans l’avion – . MK est alors amené au commissariat de la PAF à Orly où il est placé en gav. Passé en comparution immédiate aujourd’hui (17/07), MK a été condamné à un mois de prison avec sursis et un an d’interdiction de territoire français.

Nous appelons le centre de rétention pour savoir si la grève de la faim continue et pour donner quelques nouvelles de MK.

La première personne que nous avons au téléphone, ne nous parlera pas beaucoup de la grève de la faim.

« Il y a beaucoup de gens ici, tous là à cause des papiers mais on est innocent c’est pas normal, moi ma mère est française elle a 5 enfants nés ici, toute ma famille est ici mais moi j’ai pas de papiers et c’est injuste »

Nous lui demandons s’il y a des gens qui font la grève de la faim. Il nous répond que parfois les gens ne mangent pas « ça dépend mais c’est n’importe quoi, on peut rien faire et les journalistes n’ont pas le droit de venir. On est vraiment nombreux, ça va, ça se passe bien entre nous. Moi je me suis fait contrôler à la gare de Cergy. J’ai vu la cimade juste une fois au début pour ma demande d’asile politique depuis j’ai pas de nouvelles, je sais pas quoi faire. »

Comme son portable sonnait il nous a laissés.

Nous avons alors rappelé pour parler à nouveau à cette personne, mais nous tombons sur quelqu’un d’autre. Il nous dit que la grève de la faim a cessé, qu’« avec les gendarmes, dans le centre ça va. Chaque matin on nous met des fiches sur notre situation. C’est à l’aéroport avec la police que ça se passe mal. Une personne (il y a deux jours) a du être expulsée vers le Maroc. C’était pour lui qu’ont faisait une grève parce qu’il était blessé. Depuis deux jours on a pas de nouvelles. Ils ont du le forcer dans l’avion, il avait refusé et il avait pas de papiers, rien ne prouvait qu’il était marocain, ils ont fait un faux laisser passer ». Nous lui donnons quelques nouvelles de ce retenu, mais il a l’air de ne pas bien comprendre nos explications. En revanche à de nombreuses reprises, il va nous dire que la police est violente à l’aéroport, qu’elle force les gens qui refusent d’embarquer et fait de faux laisser passer.

fermeturetention@yahoo.fr