L’information au jour le jour sur le quotidien des sans-papiers.

Nous suivre :



Media :
 
Articles :

“Alerte de Cécile Duflot à la menace en cours de reconduites à la frontières de dizaines de réfugiés tunisiens suite à l’expulsion du 51, avenue Simon Bolivar.”

Une des questions, non négligeable, derrière l’affaire des tunisiens de la 3e Kasbah était de savoir quelle serait la position des Verts face à l’habituelle perfidie de Bertrand Delanoë, qui aura opéré main dans la main avec le sinistre de l’Intérieur, Claude Guéant, mentor du président de la République et grand ordonnateur de la politique raciste, dans le prolongement de celle de leur compère Hortefeux.

La prise de position de Cécile Duflot, ci-dessous, a le mérite de la clarté.

Le grand problème qui gît derrière est celui de la majorité municipale.

Le règne de Delanoë a bien assez duré. Voilà des années qu’il n’aura fait que laisser les prix du logement s’envoler, les sans-abri se multiplier, et les sans-papiers sans aucun soutien de la ville.

C’est que le Parti socialiste se veut résolument un parti bourgeois, certainement pas anti-raciste, ni d’aucune façon en faveur de quelque mouvement d’émancipation humaine que ce soit. Triste bilan.

On relève aujourd’hui, l’abjection totale de des déclaration du Maire de Paris qui, après avoir envoyé la police contre les tunisiens, ose invoquer la révolution de jasmin, et la solidarité…

Il faudrait se réjouir d’entendre une voix claire dans ce magma glauque où les institutions, étatiques et municipales, rivalisent d’indignité.

Est-ce une promesse pour un véritable renouvellement de la gauche ?

Paris s’éveille

Communiqué

Alerte de Cécile Duflot à la menace en cours de reconduites à la frontières de dizaines de réfugiés tunisiens suite à l’expulsion du 51, avenue Simon Bolivar

L’expulsion cet après-midi des migrants tunisiens, réfugiés temporairement au 51, avenue Simon Bolivar, à la demande de la Ville de Paris est inacceptable pour Europe Écologie – Les Verts. Depuis plusieurs jours, les écologistes réclament un hébergement et des conditions d’accueil dignes pour ces migrants tunisiens, affamés et pour certains d’entre eux en mauvaise santé.

Si le lieu où s’étaient réfugiés les migrants tunisiens au 51, avenue Bolivar ne remplissait pas les conditions d’accueil et de salubrité nécessaires, il était de la responsabilité de la Ville de Paris en lien avec les collectivités voisines de fournir un hébergement digne.

L’expulsion de cette après-midi est inacceptable quant au devoir d’hospitalité mais surtout risque de conduire à leur rétention administrative alors même qu’ils disposent d’un titre de séjour. Il est aujourd’hui de la responsabilité des collectivités locales de reloger ces réfugiés tunisiens et d’apporter des solutions d’urgence à cette situation. Il est de la responsabilité particulière du maire de Paris de s’opposer à toute décision d’expulsion de ces personnes.

Le gouvernement poursuit une politique indigne rompant avec la tradition républicaine qui a fait de la France une terre d’asile. Au-delà du discours Claude Guéant est désormais en train de mettre en place une politique qui ressemble à celle que prône le Front National.

Ce mercredi soir, des rumeurs persistantes et concordantes font état d’une volonté concertée d’organiser en urgence l’expulsion groupée de ces personnes dans la soirée ou les jours qui viennent. Ce serait un acte très grave, en rupture non seulement avec les droits humains fondamentaux mais aussi avec la tradition républicaine d’hospitalité et d’asile. Le gouvernement doit fournir dans les meilleurs délais un statut temporaire de réfugié à ces migrants qui viennent d’un pays dont
chacun sait qu’il est au milieu de bouleversements profonds et dont les populations du Sud particulièrement sont en situation de misère pour une partie d’entre elles. Après avoir soutenu le régime de Ben Ali jusqu’à son dernier souffle, le gouvernement français se déshonore en accueillant avec un tel mépris ces réfugiés. Une seule reconduction à la frontière ce soir et dans les jours qui viennent serait fouler aux pieds l’honneur de notre pays.

Cécile Duflot

Secrétaire Nationale d’Europe Écologie - Les Verts

Il y a une semaine, le petit film ci-dessous. Entre-temps, il y aura eu l’occupation du 51 avenue Simon Bolivar, et l’expulsion. Et aujourd’hui, les tunisiens en centre de rétention !

À la rencontre des réfugiés tunisiens de la Porte de la Villette

2011 04 29


2011 04 29 Cecile Duflot Tunisiens La Villette by Resistance2007

Depuis bientôt 10 jours, tous les jours et surtout tous les soirs, environ 200 tunisiens, arrivés d’Italie avec un visa Schengen, donc entrés légalement sur notre territoire, se retrouvent Porte de la Villette, devenu lieu de restauration voire pour passer la nuit, à la belle étoile.

Cécile Duflot est venue jeudi, au côté de Nadia Azoug, conseillère régionale EELV mobilisée tous les jours depuis le début, pour se rendre compte sur place des besoins.

[Source : syrinx]