L’information au jour le jour sur le quotidien des sans-papiers.

Nous suivre :



Media :
 
Articles :

Nous continuons à téléphoner dans le centre. Il n’y a pas de mouvement collectif en ce moment, mais, comme souvent de multiples résistances individuelles : refus de voir le consul, refus de manger... La répression trouve aussi d’autres voies.

« Ma demande a été rejetée au TA. La juge est très sévère, elle n’a lâché personne. Elle confirme toujours les décisions du préfet. On dirait qu’elle est envoyée par le préfet. Et puis, ils ne m’ont pas informé de mon tour, l’avocate a plaidé alors que j’étais même pas présent, c’est incroyable !

Depuis quelques jours, ils remplissent le centre, ils commencent fort l’année. Il y a cinq à six nouveaux par jour, mais peu de personnes sortent. Le mineur, lui, a été libéré. C’est une bonne chose.

Sinon, il y a une personne qui a été amenée à l’hôpital psychiatrique dimanche ou lundi dernier. On a cru qu’il avait été libéré. Mais il nous a téléphoné de l’HP, on était surpris parce qu’il n’a pas de problèmes psychiatriques. Il était peut-être un peu déprimé mais c’est tout. C’est quelqu’un aussi qui bougeait beaucoup et qui ouvrait sa gueule. Les médecins de l’HP lui ont prescrit des médicaments pourtant il n’a pas de problème. Il était là depuis longtemps, on le connaissait bien.

Il y a une personne qui est là depuis 41 jours, qui refuse de manger depuis quatre ou cinq jours. Il est dégouté, il ne va pas à la cantine.

L’infirmière donne des comprimés dont on ne connait pas le nom. Elle m’a donné des médicaments soi-disant contre le stress. Après, je me suis senti KO, j’étais drogué. J’ai des soupçons, je ne crois pas que c’était des anti-stress. Elle en donne surtout aux retenus jugés perturbateurs. Les comprimés sont dans une enveloppe où il n’y a pas de nom, elle oblige à les prendre sur place, comme ça il n’y pas de traces. »

FERMETURE DES CENTRES DE RÉTENTION

fermeturetention@yahoo.fr