Nous suivre :



Dossiers :
 
Articles :

La police de Seine Saint Denis expérimente de nouvelles techniques dans la guerre contre les squatteurs : le Préfet laisse les voyous d’une cité voisine s’en prendre au « squat de pédés » de la rue Carnot. Depuis vendredi, de multiples attaques se sont succédées. Hier soir, les squatteurs ont dû subir un véritable siège, une quarantaine de personnes lançant cocktails Molotov contre le squat et tentant d’en forcer la porte.

Ce n’est qu’après une véritable bataille rangée que la police est arrivée, pour disperser les attaquants à coups de bombes lacrymogènes. Le même soir un peu plus tôt, cinq squatteurs étaient interpelés, et sont encore en garde à vue semble-t-il, après plus de 24 heures.

Aujourd’hui, des effectifs policiers sont disposés discrètement autour du squat. Des personnes venues en soutien se sont faîtes arrêter. Ce qui n’empêche que la pression des voyous ne faiblit pas beaucoup. Deux d’entre eux auraient été interpelés toutefois lors de l’intervention policière tardive d’hier soir.

On aurait entendu dit-on, dans le quartier, les flics dire aux jeunes : « vous pouvez y aller ».…

Néanmoins, aux dernières nouvelles ce soir, la police interpellerait les jeunes qui s’approchent avec des barres de fer.

Vrai ou faux, il ne fait pas de doutes que le Préfet Lambert laisse la situation dégénérer avec gourmandise. Au risque qu’il y ait des victimes...

À Montreuil comme à Marseille, les techniques de pourrissement semblent devenir une spécialité de la nouvelle police française. Les voyous au pouvoir s’amusent à manipuler les voyous des rues, pour atteindre leurs infects objectifs politiques – par tous les moyens.