L’information au jour le jour sur le quotidien des sans-papiers.

Nous suivre :



Media :
 
Articles :

Sur fond d’état d’urgence et de mobilisation de l’armée italienne, huit cent immigrants, sont arrivée sur l’île de Lampedusa dans le sud de l’Italie

Gardes-côtes italiens au travail

Située entre Malte, la Tunisie et la Libye, à quelques 200 km de la Sicile, l‘île de Lampedusa, est le point le plus au sud de l’Italie. Cette localisation en fait un point d’entrée privilégié pour les Africains qui veulent gagner l’Europe, à l’instar des 800 personnes, qui ont accosté sur l’île jeudi dernier

Un bateau de pêche contenant 339 personnes, dont 47 femmes et 4 enfants, probablement en provenance de Libye, a été repéré par les gardes-côtes italiens tôt le matin au large de l’île.

Un autre bateau, avec à son bord 250 personnes, a été intercepté par les garde-côtes à environ 40 km de Lampedusa.

Auparavant, une autre barque transportant 39 clandestins était arrivée jusqu’à une plage de l’île.

Un autre bateau a été intercepté au large par une vedette des garde-côtes avec 47 personnes à bord.

Une cinquième embarcation transportant 140 personnes dont 20 femmes et 3 enfants a été secourue par une vedette de la marine italienne, à 130 km au sud de Lampedusa.

Au total ce sont donc environ 800 personnes auront donc débarqué sur l’île le 31 juillet.

A leur arrivée, les migrants étaient attendus par la Croix rouge et par la police qui les a conduit au centre de la détention temporaire de Lampedusa, qui accueille les clandestins jusqu’à leur expulsion vers leur pays d’origine.

Selon l’agence de presse ANSA, le centre, qui abritait déjà 700 personnes, a été débordé par l’arrivée de ce nouveau groupe.

Mercredi 30 juillet, l’île italienne avait enregistré l’arrivée de 400 clandestins à bord de 6 embarcations. La précédente grande vague de débarquements remontait au 8 juillet. Ce jour là, quelque 600 immigrés clandestins étaient arrivés en moins de 24 heures à Lampedusa...

La dernière arrivée massive a aussitôt été utilisée par le gouvernement italien pour justifier sa décision d’imposer l’état d’urgence sur tous le territoire et de mobiliser l’armée dans le cadre de sa chasse aux migrants. Roberto Maroni, ministre italien de l’Intérieur a agité le spectre de l’invasion de la péninsule : « Si le rythme de cette immigration clandestine ne décroît pas, le nombre d’immigrants ayant atteint l’Italie dépassera 30.000 en 2008. », a-t-il déclaré.


[Source : Agence Ansa, RIA Novosti, Euro news]