Nous suivre :



Dossiers :
 
Articles :

Jusqu’à 500 jeunes, selon la police, se sont regroupés sur la Dalle d’Argenteuil pour y affronter les forces de l’ordre, en marge de la manifestation des lycéens. Tout a débuté vers 9 h 30 mardi matin par une barricade dressée rue Jean-Lurçat, sous la Dalle. Des poubelles incendiées puis une voiture un peu plus loin dans la rue ont donné le signal de départ des incidents, surveillés deux heures durant par l’hélicoptère de la gendarmerie.

Jets de pierre et de projectiles divers d’un côté, gaz lacrymogène de l’autre, les affrontements se sont déroulés quatre heures durant. Avec, au final, outre les poubelles et la voiture, une cabine téléphonique et un abribus détruits par les jeunes dans le quartier. Pendant ce temps, les commerçants de la Dalle ont baissé leur rideau métallique, l’entrouvrant parfois pour faire entrer les clients. « Pourquoi ils font cela ici ? » lance l’un d’eux qui regagne son appartement, son chariot derrière lui et ne comprenant pas pourquoi c’est leur quartier qui fait les frais des violences.

Vingt-cinq interpellations

« Cela aurait pu être pire, confie sur place Nicolas Bougeard, adjoint à la tranquillité publique. Des incidents comme cela, c’est six mois de travail derrière. » La ville a mobilisé son équipe de médiateurs. Vêtus de blousons bleus ou rouges, ils ont tenté d’éviter les débordements les plus graves.

« Nous avions mis 20 personnes expérimentées, qui connaissent bien le terrain et les jeunes. Ils ont pu éviter les incidents autant que possible. Ils ont désamorcé plus d’une situation », assure l’élu.

Les policiers d’Argenteuil ont dû se déployer en nombre (environ 150) pour maîtriser un secteur difficile, comprenant de multiples recoins qui permettent de s’esquiver. Ils ont procédé à 25 interpellations pour des jets de pierres ou des insultes. Il y a eu un blessé léger parmi eux.

[Source : leparisien.fr]