Nous suivre :



Dossiers :
 
Articles :

Après toutes les rumeurs, la mobilisation des sympathisants sur les réseaux sociaux et les actions dans la rue, la Femen tunisienne Amina a réussi à se libérer du cercle familial qui la retenait prisonnière et l’empêchait de communiquer librement avec l’extérieur.

Dans la vidéo présentée plus bas (en anglais), elle raconte à Inna Schevchenko - via Skype - sa séquestration et récuse tous les « regrets » que sa famille lui a forcé à formuler depuis qu’elle a été privée de liberté.
Pour lui extorquer sa « repentance » médiatique et religieuse, sa famille n’a pas hésité à la droguer, user de violence psychologique et physique pour...« la protéger » !

Une partie de la presse relaye actuellement les informations de sa famille qui insiste sur un supposé suivi psychologique et médical « nécessaire ». On laissera chacun juger de sa mine sur la vidéo après sa fuite.

Elle s’exprime désormais librement et - apparemment en grande forme - elle annonce qu’elle va reprendre du service topless.

À entendre l’histoire édifiante de ses semaines de captivité, la Tunisie - et bien d’autres pays - a plus que jamais besoin de nombreuses Amina pour faire évoluer les mentalités sur la liberté et la condition des femmes.

Le combat continue !

Paris s’éveille

La conversation d’Amina avec Inna Schevchenko (vidéo Skype) :

À l’attention de toutes celles et ceux qui ont participé à la campagne « FREE AMINA », nous avons une information de taille : Amina s’est enfuie de chez elle !
Elle nous a fait le récit de son enlèvement et de sa séquestration.

Runaway Tunisian FEMEN Amina told Inna during Skype-conversation about the horrors of home captivity, about forced Islamization and forced use of drugs. Amina is in a secure place now and already making plans for future FEMEN activity. On our offer to leave the country, she firmly replied, « First I do topless protest here and only then I’ll leave Tunisia »
[Source FEMEN]

Amina, première Femen tunisienne, se dit libre et en sécurité
Dans une vidéo postée sur la page Facebook des Femen, Amina, la jeune Tunisienne qui avait posé seins nus et déclenché un scandale dans son pays, dit avoir fui le domicile familial et s’être réfugiée quelque part en Tunisie.

Amina Tyler est libre et en sécurité. Dans une vidéo publiée sur la page Facebook du groupe Femen, la jeune Tunisienne connue pour avoir posé seins nus et qui semblait avoir disparu depuis plusieurs semaines témoigne.

La vidéo montre une conversation sur Skype entre la jeune femme et une autre membre des Femen. Celle-ci raconte avoir quitté le domicile familial après avoir été séquestrée et droguée par sa famille, qui l’aurait également forcée à lire des passages du Coran.

« Amina est maintenant en sécurité, et elle est déjà en train de planifier ses prochaines activités en tant que Femen. Nous lui avons proposé de quitter son pays, et elle a fermement répondu : ’D’abord je fais une action topless, et après ça seulement je quitterai la Tunisie’ », peut-on lire sur la page Facebook des Femen.

La mère d’Amina s’exprime

La mère d’Amina a confirmé, ce lundi, que sa fille avait quitté la maison familiale depuis vendredi : « Ma fille a quitté vendredi à notre insu la maison et nous ne savons pas, depuis, où elle se trouve ».

« J’ai peur pour ma fille qui suit un traitement psychiatrique depuis six ans », a-t-elle ajouté, précisant qu’elle venait de demander conseil au médecin d’Amina à Tunis et qu’elle comptait aussi se rendre dans l’après-midi au ministère de l’Intérieur pour déclarer la fugue de sa fille.

« Des parties instrumentalisent l’histoire de ma fille au détriment de son intérêt. (...) Il n’y a jamais eu d’histoire de kidnapping, nous essayons simplement de protéger notre fille en refusant de la laisser sortir toute seule par mesure de sécurité », a déploré la mère d’Amina, la voix étranglée.

Amina se trouverait quelque part en Tunisie

Inna Shevchenko, l’une des membres des Femen basée en France, a raconté les détails de la fuite d’Amina à ParisMatch.com. La jeune activiste aurait quitté le domicile familial vendredi, « quelques heures » après l’action des Femen contre le président tunisien à Paris. « Elle m’a téléphoné et m’a dit : ’Inna, je suis là ! C’est moi ! C’est Amina !’ », a rapporté Inna Shevchenko.

« À ce moment-là, elle était avec des amis à Tunis, mais elle a bougé pendant le week-end », a-t-elle précisé à ParisMatch.com, ajoutant qu’Amina « s’est enfuie par elle-même, mais nous l’avons aidée à trouver un endroit dans lequel elle serait en sécurité. Nous avons tenté de la persuader de quitter la Tunisie, mais elle nous a répondu qu’elle ne partirait qu’après y avoir manifesté seins nus ! ».

La jeune fille qui s’était présentée sous le nom d’Amina Tyler a fait scandale en Tunisie en publiant mi-mars des clichés d’elle la poitrine nue barrée des mots « Mon corps m’appartient, il ne représente l’honneur de personne », ou encore « Fuck your morals », selon le mode d’action des Femen. En théorie, elle s’expose à des poursuites pour « atteinte aux bonnes mœurs », un délit passible de six mois de prison.
[Source : France24]