L’information au jour le jour sur le quotidien des sans-papiers.

Nous suivre :



Media :
 
Articles :

Le 15 octobre dernier, l’émission radio la Voix des sans-papiers (FPP 106.3, tous les 1er et 3e jeudis du mois, à 11h) a reçu Nicolas Duntze, membre du syndicat agricole Confédération paysanne. Ce qui suit est un condensé de sa parole de paysan attentif aux transformations du mode de production et du travail dans les campagnes françaises. Depuis 10 ans, au sein de la Coordination européenne Via Campesina, la Confédération mène une enquête sur cette question dans plusieurs pays d’Europe, et a récemment édité un supplément à Campagnes Solidaires, où, outre la France, six autres pays européens sont étudiés. Les lecteurs peuvent le télécharger gratuitement ici www.agricultures-migrations.org.

Je suis paysan dans le Gard sur une quinzaine d’hectares de vignes dans le cadre d’une coopérative. Les coopératives, pendant longtemps fleurons de l’économie solidaire en Languedoc-Roussillon, sont aujourd’hui en train de perdre leur esprit social. La « Conf » est devenue, après de longs et âpres combats, le syndicat de la lutte contre la mort des petits paysans, contre l’industrialisation de l’agriculture, contre ces fermes immenses de mille vaches, de mille cinq cents veaux. Via Campesina est un mouvement international qui regroupe plus de 300 millions de paysans : des communautés paysannes, des peuples autochtones, enfin, toutes les personnes, les corporations qui, de par le monde, sont brisées ou exploitées par le libéralisme et le colonialisme.
Depuis 20 ans au moins, on a vu dans nos enquêtes que la politique agricole commune européenne a tendance à concentrer de grands bassins de production très spécialisés, très industrialisés. En 2015, tout continue encore sur la lancée du traité de Rome de 1958 : mener le monde paysan vers le monde du salariat global. À la fin de la guerre, il fallait retrouver la sécurité alimentaire en Europe, remettre les paysans sur leurs terres, faciliter leur travail, augmenter les rendements. L’autosuffisance atteinte, il s’agissait d’inverser la tendance, de protéger le petit paysan capable de la produire, l’autosuffisance. Mais l’industrie agroalimentaire était aux commandes. On s’est dit qu’avec les produits agricoles on pouvait faire beaucoup d’argent. Donc, plus besoin d’un grand nombre de petits paysans, mais bien de science, de technique, de soutien aux marchés à l’exportation, et, surtout, de travail de moins en moins cher. Il y a des charges incompressibles : engrais, machines, pétrole, fer, toutes les fournitures dont l’agriculture a besoin, pour les serres, etc. La seule variable sur laquelle les agroindustriels sont à peu près sûrs de gagner, c’est la rémunération des travailleurs.

GRANDS BASSINS DE PRODUCTION

Érosion incessante des acquis sociaux des paysans et des travailleurs de la terre, voilà ce qui s’est passé dans les grands bassins européens : le sud de l’Andalousie, par exemple, pour les légumes et les fraises à partir de janvier-février, le sud de l’Italie pour la tomate industrielle, l’Allemagne pour les cochons (avec une main-d’œuvre surtout roumaine et polonaise), et, en France, l’Aquitaine pour les grands vignobles, et la Bretagne avec des réseaux de main-d’œuvre particuliers dans les abattoirs. À Via Campesina et à la Conf on a voulu aller voir qui était là, qui travaillait, qui employait, quels étaient les effets, bons ou pervers.
Il y a là, par centaines de milliers dans le bassin d’Almería, par dizaines de milliers dans le sud de l’Italie, des populations entières d’origine rurale : femmes ou fils de paysans, petits paysans ruinés par les politiques d’exportation de l’Europe. Quand la France exporte un poulet et qu’il arrive sur le marché de Ouagadougou moins cher que le poulet du paysan local, que peut faire ce paysan sinon faillite ? Ainsi ruinés, ces paysans et leurs familles vont peupler les bidonvilles, et essayer de vendre leur force de travail là où on dit qu’il y a du travail. Or il y en a justement dans ces grands bassins de production européens : Almería, le plus gros, c’est plus de mille tonnes de légumes par jour qui s’en vont vers les supermarchés d’Europe et du monde.
Et c’est là que le système est absolument pervers. Cet appel de main-d’œuvre méthodiquement organisé, il est toujours géré à la baisse, pour la rémunération. Il y en a qui ont des contrats de travail plus ou moins longs, d’autres qui sont sans contrat mais ont des papiers, d’autres qui sont sans papiers. Des femmes, des hommes, gens des pays de l’Est, du Maghreb, des pays subsahariens, d’Afrique centrale, d’Afrique du sud. Et, comme le capitalisme sait très bien gérer ses profits, il se débrouille toujours pour faire venir plus de main-d’œuvre qu’il n’en a besoin et faire jouer ainsi la concurrence parmi les plus pauvres.
On est dans une guerre au droit du travail qu’il faut essayer de comprendre, de dépasser. Le jeu machiavélique de l’agroalimentaire a ruiné les petits paysans d’ici et d’ailleurs, grâce à l’argent de l’Europe. D’abord ceux d’ici : en 1950, après la guerre, il y avait en France 3,5 millions de paysans, aujourd’hui, en 2015, nous sommes 400 mille pour nourrir 61 millions de Français et assurer les exportations. Ensuite, le petit paysan ruiné d’ailleurs : le migrant saisonnier roumain, marocain, africain, il travaille ici pour ceux qui l’ont ruiné, et en travaillant pour eux il augmente la capacité de nuire de ses prédateurs. Pour le travailleur de la terre c’est la double peine : il perd son revenu et en même temps il est condamné à travailler pour faire perdre leur revenu à d’autres petits paysans qui pourraient encore résister, dans d’autres contrées.
Voilà le cadre global qu’on a trouvé. Notre enquête, c’était aussi pour essayer de faire un travail pédagogique. Montrer aux consommateurs qu’il fallait certes se soucier de la qualité du produit (sans pesticides, sans OGM, etc.), mais aussi mettre au jour le coût social et le système d’exploitation : avec quelle sueur, avec quel sang sont nourris, récoltés, les produits de l’agriculture industrielle.

TRAVAIL SAISONNIER, SYSTEME CONCENTRATIONNAIRE

Ce système est structurel, nul hasard là dedans, c’est une volonté, une nécessité du capitalisme. À la concentration dans certaines zones, suit la désertification d’autres. On paupérise des millions de personnes et on prépare ainsi les réservoirs de main-d’œuvre future, nécessaires à la baisse systématique des prix. Nous appelons cela la déportation programmée.
Moi, capitaliste à Almería, en produisant mille tonnes de légumes, j’aurai ruiné tout un groupe de paysans, par exemple roumains, et maintenant qu’ils sont ruinés je vais leur proposer du travail ici. Il y a des accords bilatéraux entre États, des boîtes prestataires de services, des compagnies de bus, tout est très organisé. J’ai besoin de cent femmes pour ramasser les fraises à Huelva ? Bureau de recrutement à Bucarest, bus, et hop, ça va ça vient. Les industriels andalous ou internationaux y ouvrent leur recrutement à la fin de l’hiver.
Tout est calculé toujours pour arriver à produire le moins cher. Les exemples de servitude réelle abondent. Dans la région de Foggia, en Italie, il y avait, avant les grandes migrations subsahariennes, des contrats bilatéraux avec la Pologne (un peu comme en France). Des enquêtes et des documentaires ont montré plusieurs dizaines de travailleurs polonais roués de coup physiquement, parqués dans l’équivalent de camps de concentration. Pourquoi ne disaient-ils rien ? Réponse : si tu dis, tu te retrouves au fond d’un puits. Certains sont effectivement morts, ou ont disparu. Du pur esclavage. Un peu de bruit politique, et tout est rentré dans l’ordre. On n’a jamais retrouvé les disparus, les familles n’en ont plus rien su. Mais on a un peu su le rôle des « caporaux », ceux qui fournissent les patrons en main-d’œuvre et sont rémunérés sur le salaire des travailleurs. Toujours en Italie, à Rosarno, sur le chemin traditionnel de l’émigration, la révolte des migrants africains en 2010 (suite à vingt ans d’exploitation, de racisme et de servitude) fut durement matée.
On pourrait multiplier les exemples. En Espagne, en France, c’est pareil. Conditions de travail et de vie misérables. En France, contrôleurs du travail inexistants. Ou alors on leur graisse la patte pour qu’ils ne voient rien. Le patron, industriel ou paysan, ne loge pas. Les migrants s’arrangent dans des cahutes abandonnées, dans d’anciennes cabanes de paysan en ruine. En ville, sous les ponts. Dans le bassin d’Huelva, il y a un parc national à côté, et là, dans les bois, des milliers d’Africains vivent dans des campements de plastiques de récupération. Pas de logement, pas d’eau, pas d’électricité, de chauffage, pas de travail pour la plupart, pas de salaire, c’est à raison que les migrants s’énervent. Nous on dit : il faut soutenir ces révoltes-là. Ce n’est pas possible que des hommes et des femmes soient traités de cette façon, pas possible que les politiques agricoles soient responsables d’une telle déchéance humaine. C’est notre leitmotiv : défendre le revenu des paysans aussi bien que les droits des salariés, quel que soit leur statut, avec ou sans contrat, avec ou sans papiers.
Il y a bien les directives européennes en la matière, elles ne sont pas appliquées. Il y a la loi interne à chaque pays, elle est systématiquement tournée. Le salaire minimum est pour tout le monde, dit la loi… Et l’on s’est même aperçu qu’il y a un grand pays européen où il n’y a pas de salaire minimum. En Allemagne tu peux travailler sans contrat, sans salaire. On te dit : tu vas avoir du travail. Mais non : et si tu en as, tu n’es pas rémunéré pour ça ! On a fini par comprendre que la crise du cochon tient au fait que les dizaines de milliers de travailleurs roumains ou polonais des abattoirs allemands sont payés deux fois moins qu’en France. Pour faire respecter les lois du travail, ici, il y a les inspecteurs du travail, qui étaient des officiers de police. Ils pouvaient arriver sans préavis dans n’importe quelle entreprise. Depuis une dizaine d’années, l’inspection doit avertir le patron, lequel balaye devant sa porte et dit aux gars sans papiers ou sans contrat de rester chez eux 2 ou 3 jours. N’oublions pas qu’il y a 5 ou 6 ans, deux inspecteurs se sont fait abattre à coups de fusil parce qu’ils allaient contrôler un producteur de prunes dans la région de Bergerac. C’est la loi de la violence pour tout le monde : les petits paysans sont violentés, les travailleurs sont violentés, et les inspecteurs qui veulent faire malgré tout leur boulot, ils sont punis de mort. Cela prouve combien violents sont les rapports économiques dominants.
Pour résumer, on est sur une poudrière. D’un coté, ces grosses migrations qui vont devenir de plus en plus importantes, si on n’arrive pas à surmonter les rapports de sous-développement en Afrique et ailleurs, et de l’autre à inverser les lois agricoles européennes ; et puis cette politique de détachement des travailleurs qu’est la prestation de services.

PRESTATION DE SERVICES INTERNATIONALE

Cette politique est prônée par Bruxelles. Prenons Terra Fecundis à Murcia, en Espagne, une grosse compagnie d’interim transnational qui dispose de ce qu’on peut appeler une main-d’œuvre captive, principalement équatorienne pour des raisons historiques coloniales propres à l’Espagne. Si tu y reste trois ans, et que tu as travaillé un certain nombre de mois, tu peux avoir la double nationalité, en Espagne, et alors aller partout en Europe. Terra Fecundis a balancé des annonces, reçu des subventions, créé une compagnie de bus et même un organisme bancaire. Elle propose à ses salariés de gérer la construction de leur maison au pays. Par ce subterfuge, elle les asservit. Elle leur reprend l’argent du salaire, ils mettront 10 ou 15 ans à le rembourser, en échange de leur travail sous payé. Tout le système est monté comme cela.
La prestation de services, c’est la déresponsabilisation totale du patron. Le travailleur est une pièce détachée qu’on se passe. Moi patron, si j’ai besoin de vendanger, je téléphone : il me faut dix gars. OK, et l’on me fait une facture qui n’est pas forcément moins élevée que ce que j’aurais payé à des salariés, mais je n’ai pas de responsabilités, pas d’obligations, ni de loger ni d’autre chose. Les charges sont payées en Espagne ou en Pologne ou ailleurs, et si un gars ne me plaît pas, si son rendement n’est pas bon, un coup de fil et on le remplace. C’est la logique de l’« ère nouvelle ».
Avec des populations à priori sans droits et sans défense, sans culture syndicale, le système va ainsi au plus fort de l’exploitation. En France, le peuple a coupé la tête au roi, a fait des révolutions pour acquérir les droits sociaux, congés payés, salaire minimum, justice du travail : ça, parce qu’il y avait des organisations syndicales, une conscience de classe, comme on disait autrefois. Or, ces populations désagrégées, obligées d’émigrer, d’où viennent-elles ? Des dictatures du Nord de l’Afrique, par exemple, ou de la mainmise colonialiste sur les politiques subsahariennes : de pays où il n’y a pas de tradition de luttes collectives. Et de nôtre côté, un syndicalisme national mal à l’aise devant ces migrants, ne sachant pas comment les prendre. En agriculture, cela tient aussi au fait qu’on travaille en saisons : les cerises c’est 30 jours, les vendanges aussi, et après il faut partir ramasser les prunes à 300 km. Avec des gens qui bougent sans cesse, il est difficile de faire de la formation syndicale. Et puis, le syndicalisme traditionnel continue d’avoir le sentiment que ces populations-là sont un peu concurrentes du prolétariat syndiqué. C’est un problème qu’il faut travailler, pour montrer qu’il y a des intérêts communs. Aucune activité humaine, y compris la paysanne, ne peut construire son avenir sur l’exploitation des hommes et des femmes.

REVENDICATIONS

Nous, à Via Campesina, d’un point de vue global, on veut obliger les pays riches à signer les conventions internationales de protection des migrants, des femmes, toutes les conventions de l’OIT [Organisation internationale du travail], la convention de l’ONU sur les droits de tous les travailleurs migrants et de leur famille, signée par nombre de pays du Sud mais par aucun pays européen. Il faudra faire du lobbying, pour arriver à cela, et puis aussi pour faire adopter la conditionnalité sociale.
Aujourd’hui, un paysan, un groupe de paysans, s’ils respectent un certain nombre de conditions pour le climat, la façon de produire, peuvent être soutenus par les politiques agricoles. À cette conditionnalité-là il faut en ajouter une autre, sociale. Tout patron (individuel, coopératif ou autre) ne doit plus toucher d’aide de l’Europe s’il ne respecte pas le droit du travail et les droits fondamentaux des travailleurs. C’est un moyen de pression, une façon peut-être aussi de faire converger le syndicalisme paysan et le syndicalisme ouvrier.