Nous suivre :



Dossiers :
 
Articles :

Comme partout en France, ce 18 octobre a vu des situations d’émeutes dans le Nord. Rapportées par Nord-éclair et par la Voix du Nord, ces informations sont recueillis sur l’excellent blog « anthropologie du présent ». À noter, l’intensité des affrontements à Lens.

En raison de mouvements lycéens, qui occasionnent des perturbations notamment porte de Douai, la société de transports en commun Transpole a décidé de détourner certaines lignes de bus.

Des incidents ont éclatés aux abords du lycée Baggio. Une centaine de jeunes s’opposent à la police. Une voiture a été incendiée dans la rue, qui est coupée pour l’instant. Les affrontements entre lycéens et policiers s’intensifient, et ont donné lieu au jet de fusées lacrymogènes.

Les bus ont été détournés par Transpole.

Sont concernées les lignes à destination ou passant par Lille-Porte de Douai, Roubaix et Tourcoing Centre.

Par ailleurs :

- la station de métro Porte de Douai est fermée, en raison de la
manifestation des lycéens de Baggio.

- à Roubaix : pas de bus entre les stations de Victor Provo et le lycée Jean
Moulin.

- pas de tramway entre Victor Provo et Euroteleport.

[Source : La Voix du Nord]

Des incidents ont éclaté ce matin, une nouvelle fois, devant le lycée Baggio, à Lille. Les CRS ont chargé pour disperser des groupes de jeunes qui les prenaient à partie. L’accès au métro Porte de Douai a été bloqué par Transpole. D’autres lycées sur la métropole lilloise sont également bloqués.

Ce matin, des affrontements ont de nouveau éclaté devant le lycée Baggio, à Lille, ou jeunes et forces de l’ordre se sont fait face. Des voitures ont été brûlées, du mobilier urbain détruit.

Les CRS ont chargé pour disperser les groupes de jeunes. Transpole a décidé de fermer complètement l’accès au métro Porte de Douai.

Par ailleurs, les lycées Queneau (Villeneuve d’Ascq), Montebello et Faidherbe, à Lille, restent bloqués. Fénelon est, pour sa part « partiellement » bloqué.

Vers 11h, une vingtaine de lycéens se dirigeaient vers la gare de Lille-Flandres pour participer à l’AG des cheminots.

Par ailleurs, des lignes de bus ont été détournées, à Lille et Roubaix.

Nouveaux affrontements entre lycéens et forces de l’ordre

Dès ce lundi matin, de nombreux lycées ont été touchés par des perturbations. A Lille, Lens et Roubaix, des affrontements ont éclaté entre jeunes et forces de l’ordre. Le point sur la situation.

A Lille, où plusieurs lycées ont été bloqués par les jeunes manifestants dès 8 h ce matin, des échauffourées ont de nouveau éclaté devant le lycée Baggio, où les lycéens s’étaient donnés rendez-vous. Jeunes et forces de l’ordre s’y sont affronté pendant une partie de la matinée.

La station de Métro de Porte de Douai a dû être fermée, tandis que, sur le boulevard, les policiers ont chargé les manifestants pour les disperser. Des voitures et poubelles ont été brûlées.

A Lens également, la manifestation a très vite tourné à l’affrontement. Les jeunes, environ un millier, avaient d’abord rejoins les syndicalistes sur le chantier du Louvre-Lens, où le travail a été arrêté. Ils ont ensuite repris le chemin du centre ville. Des incidents ont éclaté autour du Stade Bollaert où, là aussi, jeunes et forces de l’ordre se sont affrontés.

[Lens : Violents incidents autour du stade Bollaert

Des incidents violents ont éclaté ce matin à Lens, où plusieurs centaines de lycéens et forces de l’ordre s’affrontent. de nombreuses dégradations sont à déplorer. Ils seraient environs un millier de jeunes, selon les constatations des policiers.

La matinée avait commencé dans le calme. Des lycéens de Lens avaient d’abord
convergé sur le chantier du Louvre-Lens, où les travaux ont été stoppé. Plus tard dans la matinée, des lycéens venant des communes autour de Lens ont rejoint le cortège et, sans que l’on puisse s’expliquer pour quelle raison pour l’instant, la situation a fortement dégénéré.

Plusieurs centaines de jeunes et un escadron de policiers s’affrontent en ce moment (11h15) autour du stade Bollaert. Des véhicules ont été dégradés, certains jeunes manifestants tentant d’y mettre le feu.]

A Roubaix, la manifestation des lycéens a également été le théâtre d’affrontements. Les policiers ont notamment fait face aux manifestants dans la rue de Lille, où se trouve l’établissement privé Saint Martin, où les lycéens souhaitaient se rendre.

A Tourcoing, c’est suite à un message sur un réseau social que la manifestation a été lancée. Ils ont été plusieurs centaines à répondre à l’appel.

[Source : Nord éclair]