L’information au jour le jour sur le quotidien des sans-papiers.

Nous suivre :



Media :
 
Articles :

Est-ce pour venir a bout d’une lutte sociale qui avait lieu dans le foyer Seguin, que le gestionaire ADOMA a fait appelle sur « simple lettre de dénonciation » à la police ?

ADOMA ne réalisait pas les travaux nécessaire, le gestionnaire voulait également priver les résidents de leur cantine, ces derniers avaient alors commencé une grève des loyers. C’est alors que le 15 décembre ils ont vu débarquer la police, et qu’aujourd’hui encore une 20 des résidents se retrouvent en centre de rétention. A souligner qu’on lit sur face book que le centre de rétention du Mesnil Amelot : « ne laisse plus entrer dans ces »locaux« les visiteurs extérieurs ! Les copains incarcérés au C.R.A. n’ont PLUS D EAU NI ELECTRICITE depuis dimanche après midi !!! Ca devient le bordel à l intérieur on ne peux donc plus apporter clopes, et autres bien précieux tel que le réconfort !!! ». D’autre part les réfugiés se sont fait chasser de la place de la République.

DECEMBRE 2015 : RAFLE AU FOYER ADOMA
MARC SEGUIN PARIS 18e
PLUS DE 20 SANS-PAPIERS MENACES D’EXPULSION

MANIFESTATION SAMEDI 9 JANVIER
RV à 14h 30 devant le foyer 3 rue Marc Seguin M° Marx Dormoy

Le mardi 15 décembre, sans réquisition du procureur, sur simple lettre de dénonciation de l’Adoma et sur simple rumeur, la police bloque la rue et le foyer, pénètre dans le foyer avec des chiens, cherche on ne sait quoi, s’introduit jusque dans les chambres, fait attendre ceux qu’elle a poussés dehors plusieurs heures sous la pluie et contrôle les papiers de tous. Elle n’a rien trouvé de particulier mais elle embarque les sans-papiers.

On n’avait pas vu ça depuis 2008 et la grande rafle au foyer Terres-au-Curé (Paris 13e) et 1986 à Rosny-sous-Bois.

Et que décident les juges des libertés et de la détention (JLD) ?
Ils donnent raison à la police et renvoie les sans-papiers en centre de rétention pour les expulser.

Nous sommes tous abasourdis, résidents, sans-papiers, avocats, associations, syndicats… scandalisés et révoltés.

Ainsi, les valeurs – dont le gouvernement et ses médias se gargarisent depuis le 13 novembre – de fraternité, de démocratie, de respect de l’Etat de droit… ne s’appliquent pas au foyer Marc Seguin et à ses habitants.

Mais de quoi donc, les travailleurs immigrés, résidents de ce foyer se sont-ils rendus coupables ?

Depuis longtemps, ils ont des revendications pour améliorer leurs conditions de vie dans des bâtiments qui donnent de nets signes d’usure.
Non seulement l’Adoma (gestionnaire et propriétaire, ex-Sonacotra) refuse de faire les travaux demandés, mais en plus, en août 2014, elle ferme la cafétaria et la cuisine collective, pourtant indispensable aux résidents.

Ils décident alors de faire la grève des loyers.

C’est ainsi, pour les punir que l’Adoma se lance dans une série de dénonciations des résidents et demande une intervention de police.

Pourtant ces résidents, ces sans-papiers, venus en France pour travailler, fuyant des pays sahéliens pauvres, confrontés à la guerre et victimes de la sécheresse, réfugiés économiques, politiques et climatiques tout à la fois, paient leurs cotisations et impôts, consomment en France, et, avec leurs maigres ressources, participent à l’effort de développement de leurs régions d’origine (écoles, centres de santé, adductions d’eau, reforestation etc.) à un niveau bien supérieur à celui de l’Aide officielle accordée par l’Etat français.

Venir rafler les sans-papiers jusque dans leur chambre, c’est illégal et c’est indigne !

Nous demandons que toutes les personnes interpellées soient remises en liberté et régularisées et que les travailleurs des foyers puissent être protégés et vivre en sécurité dans leur domicile privé.

La France se doit d’accueillir CORRECTEMENT et DIGNEMENT les personnes qui viennent chercher refuge et travail.

Nous demandons que l’Adoma fasse les travaux demandés par les résidents, en particulier dans la cuisine collective pour une réouverture rapide.

MANIFESTATION SAMEDI 9 JANVIER 14 h 30

Comité des résidents du foyer Marc Seguin, soutenu par : CNL, Coordination foyers Adoma, COPAF, Citoyens du 18e, DAL, Droits Devant !!, LDH 18e, Union Départementale CGT Paris...