Nous suivre :



Dossiers :
 
Articles :

On se souvient des émeutes de décembre 2010 et du printemps arable en 2011, mené par la rue. Il semble qu’aujourd’hui, le peuple ukrainien tienne tête face à Moscou sur son ancien satellite.

Actuellement, des peuples toujours plus écrasés manifestent plus ou moins bruyamment leur mécontentement face l’oligarchie libérale mondiale.
C’est le cas en Egypte, en Turquie, au Brésil, en Grèce - évidemment - et dans une « moindre » mesure, au Kenya, Singapour, Argentine, Macédoine, Serbie, Bosnie...
Sans les oublier, laissons de côté les peuples malheureux pris dans l’horreur de la guerre (civile ou « contre la terreur »).

On aura brièvement suivi le soulèvement en Thaïlande (qui pourtant se poursuit toujours).
En Ukraine, deux semaines après le début de la fronde populaire, les diplomates européens se seront relayés pour jouer les pompiers, sans toutefois inquiéter Vladimir Poutine, le « Tsar de toutes les Russies » - ni les oligarques locaux !
Jusqu’à présent, la presse européenne a largement donné la voix aux partis d’opposition et aux ultra-nationalistes.
Cependant, durant cette longue nuit du 10 décembre, malgré que la police anti-émeutes ait réussi à démanteler les installations du campement de la place Maidan, les citoyens ordinaires ont su garder leur sang-froid en résistant pacifiquement et gagné une victoire médiatique qu’on espère déterminante.

Mais voilà un document (en anglais) rédigé par un simple activiste qui s’est donné la peine de décrire la situation du pays depuis l’effondrement de l’empire soviétique, pour nous éclairer sur les aspirations politiques du peuple Ukrainien (à voir plus bas).

Loin des projecteurs, en Bulgarie, les étudiants mènent vaillamment une contestation massive depuis maintenant plus de cinq mois - et dont quasi personne en France ne parle. Un article, daté du 21 novembre, nous éclaire sur ce soulèvement totalement ignoré. Il est reproduit tout en bas.
À suivre...

Paris s’éveille

Who is behind the Ukrainian protest ? A letter from Lviv

I know that Spanish people (or southern european countries -n. e.-) mostly have really critical view on modern EU so to understand these events in Ukraine you should reject your own experience. If you are not so greatly interested in “what is going on ?” the respond on question “who is behind of this ?” is here.

Some short prehistory.

JPEG - 228.2 ko

As you know Ukraine exists in some strange space between EU and Russia. After the collapse of Soviet Union and getting independence Ukraine was in geopolitical neutrality for 13 years (ruling of Kravchuk and Kuchma).

In 2004 there were elections in which there were two real candidates – pro-European Yushchenko and pro-Russian Yanukovych. As you know the majority supported Yushchenko and after Orange revolution he finally won. Orange team was an alliance of Yushchenko and Tymoshenko. But after the victory instead of doing some reforms Yushchenko allowed Yanukovych to have a revenge giving him a Prime Minister post in 2006. That’s because Yushchenko dislikes Tymoshenko (maybe he was afraid of her charisma or something like that). Yanukovych tried to change the Constitution and usurp the power so Yushchenko dissolved the Parliament. In late 2007 after special parliamentary elections Tymoshenko got Prime Minister post for second time (first time was 2005-2006).

So in 2005-2010 we had just five years of power struggle. There were some attempts somehow to approach to EU and NATO but they were broken by this internal political instability.

In 2010 Presidential elections there were a struggle between pro-European Tymoshenko and still pro-Russian Yanukovych. That elections were the most open and clear in Ukrainian history (without irony !) and people were quite disappointed in Tymoshenko, so that’s why she lost.

Getting President post Yanukovych did some steps towards Russia but he unexpectedly affirmed that Ukraine would move in the European direction of integration, not in the Russian one. Then he bounded Tymoshenko and Lutsenko (former minister of interior affairs), both cases are disputable. Under the pressure of EU Yanukovych gave oblivion to Lutsenko in April 2013.

Meanwhile in Russia.

During the last few years Russia was trying to organize some alternative to EU which is short called Custom Union (Таможенный Союз) or Eurasian Union. Officially the Union was created in 2010 and now it contains Russia, Belarus and Kazakhstan. A lot of people see in this Union not more as an attempt to restore the Soviet Union (especially in context of Putin’s politics on historical memory). De facto it’s also a way to save Russian economic from crisis. Now Russia is trying to include in this Union other post-Soviet countries like Armenia, Moldova and first of all – Ukraine.

2013 Hysteria.

JPEG - 70.3 ko

Since spring 2013 there were some collaboration between EU and Ukraine in the direction to sign an Association Agreement on 29 November. This collaboration consisted in enactment of some laws which are common for all EU countries but not for Ukraine. Also there was a problem with imprisonment of Tymoshenko who need a treatment abroad (but Ukrainian laws don’t allow this).

Russia started an informational and trade campaign against Ukraine. As of now Russian market is very important for Ukraine so Russia started to prevent some Ukrainian import (like chocolate, milk production or even metal pipes). Despite of this Yanukovych continued pro-EU rhetoric. Even state media and residents of Party of Regions (the party of Yanukovych) became quite anti-Russian what was truly unexpected.

In November Yanukovych suddenly visited Moscow and after that visit his rhetoric changed, and respectively the rhetoric of all government changed in the same way : Ukraine is not ready to sign the Agreement, we need to develop relations with Russia and blah-blah-blah. On 21 November the Government officially decided to suspend the preparation for signing the Agreement. In response to this some independent journalists and social activists called people to gather on main squares of their cities (and first of all in Kyiv) to express the protest. So, initiators of protests were not politics.

Who is in the back of the protest ?

JPEG - 32.1 ko

Nobody exactly. As it was told the initiators of the protests were social activists (e.g. Mustafa Nayem, the journalist of “Ukrainska Pravda” http://www.pravda.com.ua/ ). One of the key figures of protest is Lutsenko (that who was in prison just 7 months ago), now he tries to be out of politics.

The main power of the protests is students (because they have time for this) but the protests are supported by a lot of people. There are two main reasons why protests are so massive :

• Hate of this political regime which in fact destroys the country (it’s difficult to briefly describe how bad is the contemporary situation in Ukraine)

• Desire to live in common space with democratic Europe but not with autocratic Russia.

I know about Spanish (and not only Spanish) scepsis in question of democracy of EU. But conditions in Europe in this direction are much and much better as in Russia, Belarus or Kazakhstan. People in Ukraine know about this, a lot of them have visited European countries, somebody has part of family there, somebody have some friends there, so they can compare (as almost everyone has also some friends or family in one of “Eurasian” country).

For that Ukrainians who support EU-integration Europe means :

• Good medicine

• Good education

• Less corruption

• Human rights

• Freedom of travelling

If you think that, for instance, medicine in Spain is not good please welcome to visit some hospital in Ukraine, especially in a village !

Opposition. But oppositional politics also joined the protest. Who are political opposition in Ukraine ? There are three main parties : “Batkivshchyna” (The Fatherland) – the party of Tymoshenko, temporary lieder is Yatsenyuk ; “Udar” (The Kick) – the party of Vitaliy Klitchko ; and “Svoboda” (The Freedom) – quasi-nationalist party (its lieder is Tyahnybok). Three of them – I mean Yatsenyuk, Klitschko and Tyahnybok – want to be the single opposition candidate for 2015 Presidential elections (as Tymoshenko who is the most popular and charismatic opposition lieder can’t take a part). So, to some extent they still struggle to each other instead of truly collaborate for some common purpose.

Special interest of EU-integration.

JPEG - 30.9 ko

It’s difficult to say, as it could be for everyone, even for Yanukovych. The last few months some analytics thought that all these pro-EU steps are just his own game, that he and his party have interests in Association with EU.

Opposition is shit and week, maybe they have some private interest but nobody cares, because people also have this interest. According to the fresh data 44% of Ukrainians support EU-integration ; 33% support Custom Union integration ; the rest still can’t chose.

The government is trying to show that’s the protests are just actions of political opposition but it’s not. For instance in Lviv there was an episode when some famous oppositional politic tried to take a speech but people hissed him. Also there was an attempt to use political flags but Tymoshenko asked to stop this, so politics got rid of this idea. Now there are only flags of Ukraine and EU.

So, what you should know.

1. Ukrainian market in depended of Russia and Russia wants to absorb such depended markets. So, to save sovereignty of Ukraine (at least more or less) we need to diversify this dependence. And this automatically means more collaboration with EU.

2. The protests are so massive because of real support and euphoria (people didn’t know they still can protest). But that time the opposition wants to use the protests to achieve its own profit.

3. Not all Ukrainians support EU-integration. Those who don’t support don’t know any truth about situation in Greece or in Spain ; they just like Russia or they are afraid of homosexuals (Russian propaganda like to intimidate that EU means legal homosexual marriage etc). But frankly speaking those who support EU mostly don’t know much more (I mean about Greece etc).

4. This data : 44% for European Union ; 33% for Custom Union.

4. The main interest of both Yanukovych and opposition leaders is victory on 2015 presidential elections.

Sorry for bad English
[Source : Commission Internationale Barcelone (mouvement 15M)]

Les Inaudibles de Bulgarie lèvent la voix

Le mouvement contestataire enclenché et maintenu sans relâche depuis 160 jours embrase la capitale de Bulgarie (lire Les inaudibles de Bulgarie). Après les étudiants, les syndicats rejoignent également le mouvement des insurgés. La Confédération des syndicats indépendants de Bulgarie (KNSB) vient de sonner l’appel pour une manifestation générale.

Sofia trouve la retentissante puissance des forces citoyennes unies. Les visages des mineurs et des ouvriers, des intellectuels et de la jeunesse universitaire se mêlent et défilent unanimes contre le gouvernement Orecharski, contre l’usurpation des pouvoirs politiques par la mafia et l’oligarchie. Ils rejettent les tentatives des partis politiques, de l’opposition comme ceux au pouvoir, d’exploiter leur révolte citoyenne à des fins électorales. Les manifestants se rassemblent pour une morale de la vie politique, pour une justice effective et pour une nouvelle loi électorale qui assurerait une meilleure représentativité parlementaire.

Révolte des étudiants – les Lèves tôt

Les étudiants du pays qui s’unissent sous le nom « Les Lèves-tôt » occupent les principales universités de Sofia et des grandes villes du pays.

Le mouvement des Lèves-tôt prend de l’ampleur en quelques semaines seulement et ceci malgré les intimidations policières exercées sur des jeunes. Leurs domiciles ont été visités par des policiers en civil, des renforts policiers ont été mobilisés, des agents de sécurité des quatre coins du pays ont été conduits d’urgence vers la capitale.

Le pouvoir politique actuel craint fortement le mouvement étudiant qui est ouvertement soutenu par les professeurs des universités et par la majorité de la population du pays. « Nous ne pouvons que leur adresser notre plus sincère soutien et profond respect. Nous sommes reconnaissants et fiers de cette jeunesse qui ne déserte pas et qui bat le pavé pour nous tous aujourd’hui ». Un grand nombre de professeurs des universités sont signataires de la lettre ouverte adressée au Premier Ministre. À l’initiative des Lèves tôt, des cours magistraux sur des thèmes comme la démocratie, la justice sociale et les enjeux politiques du pays et de l’Europe ont lieu à l’intérieur des facultés occupées. Ces cours et séminaires sont dispensés gracieusement par les professeurs et sont massivement suivis par les étudiants en mouvement.

Les manifestations pacifiques des étudiants et la solidarité autour de leur mouvement (plus de 70% de la population) ont poussé le chef du gouvernement à brandir publiquement des menaces de poursuites et de licenciements pour faute contre des fonctionnaires qui auraient participé à des manifestations. Le tollé contre cette intervention publique a été suivi du dépôt au bureau du Procureur Général d’une plainte contre l’actuel Premier Ministre pour agissements anticonstitutionnels et contraires à la loi pour la liberté d’expression et la liberté de manifester

Opinion sur ordre et financement des partis politiques

L’espoir du gouvernement que le mouvement contestataire s’essoufflerait durant les mois d’été a été vain et le premier ministre Orecharski a dû chercher des moyens de plus en plus douteux pour justifier son refus d’entendre l’appel de la population. Après ses menaces de poursuite contre des employés de la fonction publique, l’incohérence d’Orecharski a été de descendre lui-même dans la rue et de rejoindre une « contre-manifestation » orchestrée et ordonnée par lui-même. Il a défilé en soutien de lui-même avec une banderole « Oui au Gouvernement d’Orecharski »...

« Il a tenté de dresser des populations les unes contre les autres en suivant l’exemple de son homologue turc et en finançant des “ contre-manifestations ”. Il exploite la pauvreté et la misère dans certaines couches sociales et régions du pays », commente un jeune qui avait fait l’objet de pressions policières. Des cars entiers et des trains spécialement affrétés ont transporté samedi dernier quelques dizaines de milliers de personnes dont certaines ignoraient même pourquoi elles étaient ici. Lorsqu’on posait des questions à ces personnes, « pourquoi êtes-vous venus ici, qui soutenez- vous ? », les réponses ont été pour le moins étonnantes, « on doit soutenir le Gouvernement ; on nous a dit de venir ; on ne sait pas trop mais le maire du village nous a dit que c’était un voyage tout frais payés, nous, on n’a pas souvent l’occasion de venir dans la capitale... » Ces vieilles méthodes « d’opinion sur ordre » n’ont visiblement pas effrayé les organisateurs qui agissaient avec le feu vert du Gouvernement et avec un financement assuré par les trois partis politiques au pouvoir, Parti Socialiste et coalitions (KZB), Party des Minorités Turques (DPS) et le Parti Nationaliste (Ataka).

Le financement de ces opérations a posé la question de l’utilisation des fonds publics attribués aux partis politiques. Le contribuable bulgare exige le décompte exact du coût des transports et des éventuelles rémunérations perçues pour le déplacement de la population le 16 novembre dernier à Sofia. « Cette mascarade de manifestation avait pour but uniquement de nous dresser les uns contre les autres, de diviser le pays et de paralyser nos mouvements spontanés de révolte. »

Pourquoi en France l’écho de la révolte de Sofia ne trouve pas de résonances ?

Le Gouvernement d’Orecharski qui se maintient en place en ignorant ou en essayant de discréditer les protestations quotidiennes de la population ne devrait plus pouvoir bénéficier du silence de la part des médias européens. Ce silence vient d’être brisé et personne en Europe ne peut ignorer indéfiniment un mouvement d’étudiants européens. La BBC4 transmet en continu les événements de Sofia, la Deutsche Welle également, les réseaux sociaux fonctionnent de la même manière que pendant le printemps arabe. Au niveau du Parlement Européen, Daniel Cohn-Bendit a été le premier député européen à soutenir ouvertement la révolte des étudiants bulgares. Et pourtant en France les médias de grande écoute restent encore silencieux, rares sont les correspondants français sur place, rares sont les articles écrits. Est-ce que les Français ne s’y intéressent pas ? Est-ce qu’un mouvement pacifique qui se poursuit depuis plus de cinq mois et qui revendique une politique morale et un nouveau système électoral n’est pas un sujet assez intéressant pour des grands médias français ?

Cette question pourrait être adressée également aux responsables politiques. Le seul parti politique français qui a pris une position officielle pour les prochaines élections européennes est le FN. La seule consolation reste que Ataka, le parti d’extrême droite en coalition dans l’actuelle majorité élue et dont le leader Volen Siderov préside la commission parlementaire de lutte anticorruption, a essuyé le refus de Marine Le Pen de faire partie de l’alliance des partis nationalistes pour les prochaines élections européennes. Le motif évoqué par le vice-président en charge des recrutements et des manifestations, Louis Aliot, était que « Ataka ne correspond pas aux nouvelles aspirations de la charte de l’alliance des partis nationalistes »...

Ni l’UMP, et encore moins le PS, n’expriment leurs positions vis à vis de la profonde crise politique bulgare. Doit-on penser que leurs électeurs ne s’intéressent pas aux alliances qu’ils peuvent avoir dans le prochain parlement européen ?

La Bulgarie vit dans une démocratie qui ne représente plus les populations votantes. Ses revendications pour une refondation du système électoral et pour une plus large participation citoyenne dans l’exercice des mandats sont pourtant à l’ordre du jour des autres peuples européens. De même qu’en Bulgarie où les politiques des gouvernements se retrouvent avec un soutien d’une minorité de 15 à 20 % de la population, en France, on constate que la constitution de la Ve République permet de maintenir au pouvoir des dirigeants élus sur un programme et qui, une fois en poste, mènent de fait une toute autre politique.

D’un autre côté, la société bulgare souffre de grandes déchirures racistes contre les tziganes (lire Être rom en Bulgarie - 1) et plus récemment contre les réfugiés syriens, pourtant elle a massivement soutenu la mobilisation des Français contre la montée des racismes. Cette position des bulgares passe aussi sous silence en France. La phrase de Christiane Taubira, « Le Racisme n’est pas une opinion, c’est un délit » a été brandie dans les rues de Sofia ce dimanche 17 novembre où la société civile, encore elle, a organisé une marche solidaire contre le racisme.

Les gens refusent que la haine, la xénophobie et le racisme deviennent les seules solutions contre la défaillance d’un système avec des structures institutionnelles et électorales obsolètes. Entre les personnes dans les rues de Sofia et les personnes qui défilent à Paris il y a peut-être plus de proximité qu’à n’importe quelle autre époque. Que demandent les Bulgares aujourd’hui ? Ils demandent que les hommes et les femmes politiques représentent les aspirations fondamentales de nos vies et que les médias informent librement, en restant fidèles à la réalité. Est-ce une demande qui doit rester inaudible ? Est-elle si étrangère pour les Français aujourd’hui ?
[Source : blog Mediapart d’Albena Dimitrova]


Le blog Anthropologie du présent d’Alain Bertho qui nous offre une entrevue mondiale des émeutes.