L’information au jour le jour sur le quotidien des sans-papiers.

Nous suivre :



Media :
 
Articles :

Le 7 novembre, les CRS accompagnés d’hélicoptères munis de projecteurs se livraient à la chasse aux sans-papiers... avec des chiens.

La police écartait de plus tous les journalistes et observateurs venus pour témoigner. Le Président de l’association Salam, Jean-Claude Lenoir, a été arrêté, mis torse nu, et... inculpé d’outrage à agent. Il risque un mois de prison ferme.

Au CRA de Coquelles, des sans-papiers afghans en grève de la faim, ont été menacés de coups s’ils ne mangeaient pas. Sous la pression, ils ont avalé un peu de nourriture et se sont ensuite fait vomir pour reprendre leur grève de la faim...

Hier soir, vendredi 7 novembre, à Calais, les C.R.S sont intervenus dans une 1re « jungle », comme les réfugiés appellent leur lieu de repli : un
hélicoptère muni d’un projecteur survolait la zone tandis qu’au sol, les
C.R.S pourchassaient les réfugiés avec des chiens.

Quelques soutiens se sont rendus sur les lieux accompagnés de 2 journalistes de la presse locale. Ils ont rapidement été encerclés et retenus pendant 90 minutes par la police qui a interdit toute observation et prise d’images aux journalistes.

Ensuite, les C.R.S ont recommencé la même opération dans une 2e jungle, ils ont embarqués une vingtaine de réfugiés.

Jean-Claude Lenoir, président de SALAM, a voulu se rendre sur le 2e lieu de l’intervention policière. Sa voiture a été entourée par la police sous
prétexte d’un 2e contrôle de papiers. Selon les témoins présents sur
place, Jean-Claude est descendu de sa voiture pour essayer de discuter avec les policiers mais à peine descendu de la voiture, un groupe de C.R.S est arrivé sur lui. Ils l’ont mis torse nu et l’ont accusé d’outrage à agent
avant de l’embarquer dans un camion.

Jean-Claude, qui a déjà eu des démélés avec la police et la justice dans le
cadre de ses activités militantes, risque d’écoper d’une peine-plancher et
d’un mois de prison ferme.

Les 52 afghans arrêtés sont toujours au C.R.A de Coquelles, en grève de la
faim depuis 2 jours. Hier, 2 représentants de leur ambassade sont venus les interroger.

Ce matin, ils ont été menacés de coups s’ils ne mangeaient pas. Sous la
pression, ils ont avalé un peu de nourriture et se sont ensuite fait vomir
pour reprendre leur grève de la faim.

Depuis 15 h, un rassemblement est en cours devant l’hôtel de police de
Calais, Place de Lorraine, où Jean-Claude Lenoir est toujours retenu. Nous
appelons tou-te-s les militant-e-s disponibles à se rendre sur place.

Le CSP 59 affirme son plein et entier soutien aux militants et aux
militantes de SALAM et dénonce la rafle policière commise au nom de la
politique de quotas de Nicolas Sarkozy et Brice Hortefeux.

Le CSP 59 exige la libération immédiate des 57 afghans en grève de la faim, actuellement retenus au CRA de Coquelles en vue de leur expulsion imminente par charter vers l’Afghanistan, pays toujours en guerre, où ils risquent de mourir.

Le CSP 59 exige la libération immédiate de Jean-Claude Lenoir, président de l’association SALAM.

Libérez les 57 réfugiés Afghans retenus au CRA de Coquelles !
Liberez Jean-Claude Lenoir !


[Source : infozone]