Nous suivre :



Dossiers :
 
Articles :

Vingt personnes arrêtées à Barcelone, puis relâchées, mais convoquées devant l’Audiencia Nacional, à Madrid, à la demande d’un syndicat de police d’extrême-droite, et au nom d’une loi votée en 1982, lors d’une pseudo-tentative de coup d’Etat, qui avait offert à Juan Carlos la possibilité de conforter la jeune monarchie, héritée de Franco, en adoptant une posture gaullienne de garant des institutions démocratiques. Le groupuscule d’extrême-droite, dont un juge de l’Audiencia nacional a accepté la plainte, s’appelle « Mains propres » (« Manos limpias »).

Les dizaines de milliers de manifestants du 15 juin avaient effectivement bloqué le Parlement catalan où devaient se voter des réductions de budgets sociaux. Et ils criaient : « Personne ne nous représente », « Barcelone ville propre – politiciens à la merde », « El pueblo unido jamas sera vencido »… Il semblerait que les flics fascistes et les manifestants indignés n’aient pas exactement la même notion de la propreté…

Paris s’éveille avait raté alors ce magnifique épisode de la révolution mondiale en cours, quand les députés n’avaient trouvé d’autre moyen que l’hélicoptère pour entrer dans l’enceinte du Parlement, malgré le déchaînement policier, auquel la foule saura résister. Le Jura libertaire par contre, en rendait compte, et nous reproduisons ci-dessous l’excellent article mis en ligne aussitôt. Avec quelques photos qui donnent une idée du caractère ubuesque de 20 arrestations, des mois plus tard, pour une action collective aussi massive que ce blocage de Parlement.

L’Audiencia nacional, rappelle-t-on pour l’occasion, est née en même temps qu’était dissous le Tribunal de l’ordre public, tribunal spécial du franquisme, en 1977, par décret-loi royal.

A d’ores et déjà démarré le mouvement pour la relaxe immédiate de tous les inculpés.

Paris s’éveille

Cette semaine, la police catalane, dans une opération digne des plus mauvais films holywoodien, a arrêté une vingtaine de personnes accusées d’avoir participé au blocage du parlement en juin dernier).

Après quelques heures au commissariat, ils et elles ressortent libres, avec une convocation de l’Audience Nationale de Madrid, le tribunal d’exception espagnol, héritière direct des institutions franquistes. En effet, le juge Eloi Velasco a accepté une plainte de « Manos Limpias », le syndicat d’extrême-droite de la police espagnols, pour « altération des hautes institutions de l’état », un peine condamnable de 3 à 5 ans de prison selon la loi. Ce délit, crée suite à la tentative de coup d’état fasciste d’une partie de l’armée espagnole en 1982 n’a aucun précédent dans l’histoire judiciaire du pays. D’autres arrestations sont à craindre dans les jours et semaines qui viennent.

Le lundi soir, 1800 personnes se rassemblaient sur la Place Catalunya et partaient en manif sauvage vers la mairie pour exiger l’absolution pour tous les détenu-e-s. De nombreux comités de quartiers, collectifs et associations se joignent également à l’appel contre la répression au mouvement 15M. Jeudi, alors que les personnes qui n’avaient pas encore été arrêtées se présentaient d’elle-même au tribunal pour recevoir la notification, un dispositif d’une 50aine de policiers anti-émeutes pénétraient dans la cité judiciaire et les détenaient.

Alors que le contexte social est très tendu, le pouvoir essaye de faire peur et de diviser le mouvement avant les grandes mobilisations de l’automne chaud à venir. Le 15 octobre, une manifestation internationale est convoquée depuis des mois sur toutes les places des grandes villes notamment à Barcelone avec pour slogan « De l’indignation à l’action ! ».

S’ils touchent à l’un-e d’entre nous, ils nous touchent à tous et toutes !

Absolution pour tous et toutes les détenu-e-s !

Personne ne nous représente !

[Source : café noir]

Récit du blocage du parlement de Barcelone

Posted on 15 juin 2011 by juralib

le mardi 14

À 17 heures le rendez-vous était donné, des colonnes descendent depuis différents points de la ville. Par zone les comités de quartier se regroupent peu à peu pour marcher ensemble vers le parlement. Je joins une de ces colonnes sur une avenue près du centre et le sentiment de force collective est impressionnant. On bloque la circulation et beaucoup vont avec des pancartes renforcées avec des matelas pour pouvoir supporter les charges et éviter les coups… Depuis les balcons, un grand nombre de voisin-e-s frappe dans des casseroles en signe de soutien au mouvement. Arrivée aux portes du parc où se trouve le parlement, celui-ci est fermé et blindé de policiers anti-émeutes. On se regroupe donc par zone pour occuper les différentes portes et empêcher ainsi l’accès le lendemain matin aux députés qui veulent voter les coupures budgétaires.

À ce moment-là il y a plusieurs milliers de personnes autour du parc. Une assemblée générale commence avec des intervenants des différents secteurs affectés par les coupures budgétaires : personnel de santé et éducation, migrants, femmes…

Près de 2000 personnes restent dormir sur place dans un joyeux chaos, entre musicien-ne-s indigné-e-s, sandwich partagé et camping sauvage. De fait, une grande partie des campeur-euse-s commencent spontanément à rassembler du matériel devant les portes pour les barricader tant bien que mal, il y aura même un groupe de soudeurs qui viendra essayer de les sceller complètement… L’initiative provoque une fois de plus des débats, certain-e-s n’étant pas très à l’aise avec la stratégie. Et comme on essaye de construire ensemble la résistance en respectant les différents sensibilités, c’est délicat. Finalement personne ne se voit de démonter ce qui a déjà été fait et on va dormir une paire d’heures.

le mercredi 15

Depuis 5 heures du matin, le flux de gens arrivant sur les lieux est constant. La sensation de forteresse assiégée est impactante, tout comme celle des centaines de policiers obligés à la nuit blanche pour protéger les élus de la population… Rapidement, on apprend que la police charge à une des portes de l’autre côté et beaucoup se dirigent vers là-bas. La police occupe déjà la porte et commence à être encerclée peu à peu. Au bout d’un moment, un grand nombre de fourgons descend à toute allure et charge sur la foule qui s’était protégée derrière des barricades. Une nouvelle fois, les indigné-e-s résistent et ne se dispersent pas malgré les tirs de flashball et les coups de matraques.

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1308154340.jpg

Les flics maintiennent un cordon et peu à peu commencent à passer des voitures de police et des voitures officielles. Un groupe de « secretas » (flics en civil) se fait repérer et expulser du rassemblement. Soudain un mouvement de foule, un député, ancien responsable de la police catalane qui essayait de passer au milieu des gens se fait huer et pousser jusqu’à ce qu’il doive fuir devant la colère des indigné-e-s. Ce ne sera pas le seul de la matinée. Beaucoup passent malgré tout derrière le cordon et se font siffler, ça chante « Personne ne nous représente », « Barcelone ville propre – politiciens à la merde », « El pueblo unido jamas sera vencido »…

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1308154517.jpg

Mais de l’autre côté du cordon, plus en amont des centaines de gens commencent à renverser les poubelles sur la route et les rues aux alentours sont alors coupées par des dizaines de barricades. La police est manifestement dépassée par l’ampleur et la diversité du blocage. On apprend par la radio que le gouvernement a été obligé à réaliser un pont aérien entre un commissariat et le parlement pour pouvoir y accéder. La session parlementaire commence donc avec de grand nombre de fauteuils vides, et les présent-e-s ne sont pas très fier-e-s…

Les médias, relayant les propos des politiciens condamnent les violences et le chef du gouvernement insiste que les actions des indigné-e-s justifient l’usage de la force de la part de la police. Pendant ce temps-là, ça se rassemble devant la porte du parlement avec la consigne de ne pas les laisser sortir comme l’ont fait les Grec-que-s la semaine dernière…

Affaire à suivre…

[Source : jura libertaire]