L’information au jour le jour sur le quotidien des sans-papiers.

Nous suivre :



Media :
 
Articles :

Dénonçant les 50 ans de néo-colonialisme qui ont appauvri l’Afrique, contraignant de nombreux africains à l’exil, pour qu’ils soient finalement surexploités et soumis à la condition de sans-papiers, plus d’une centaine de marcheurs ont traversé la France pour se rendre au sommet françafricain de Nice. Ci-dessous leur communiqué.

« Après trente jours de marche et plusieurs centaines de kilomètres parcourus, nous, quatre-vingt-quinze marcheurs issus du MRTSP (Ministère de la Régularisation de Tous les Sans-Papiers) et plus d’une centaine de soutiens, militants et médias alternatifs, sommes enfin arrivés au terme de notre marche. »

Le MRTSP, qui réunit à Paris les collectifs de sans-papiers, a initié cette marche dans le but d’interpeller les chefs d’État africains invités à Nice pour célébrer le cinquantenaire de l’indépendance des quatorze anciennes colonies françaises.

Nous dénonçons les accords signés par les États africains avec la France au sujet du “contrôle des flux migratoires” et demandons à ces derniers de cesser d’être complices de l’expulsion de leurs ressortissants (en effet pour qu’un sans-papier soit expulsé il faut que le pays d’origine délivre un laisser-passer), et invitons par ailleurs les États qui n’ont pas encore signé, comme le Mali, à refuser catégoriquement tout accord avec la France en matière d’expulsion.

Durant tout le chemin parcouru, nous n’avons pas cessé de réclamer la régularisation de tous les sans-papiers en France, sans critères, sans conditions.

Après des années de lutte, nous sommes partis à la rencontre des Français pour leur faire part de la dégradation de notre situation (la politique des quotas d’expulsions entraîne la multiplication des contrôles au travail, dans les transports et les écoles, des arrestations et mises en rétention) et leur demander de soutenir notre combat. Tout au long du chemin nous avons été accueillis par des organisations syndicales, associatives, des partis politiques et de nombreux citoyens français. Dix-huit Maires et deux Conseils Régionaux ont signé le livre d’or des marcheurs pour manifester leur engagement à notre cause et soutenir nos revendications.

Même si, dans certaines villes, des Mairies de droite comme de gauche ne nous ont apporté aucune aide, même si la presse nationale a volontairement refusé de faire son travail d’information, la rencontre avec les Français, largement relayée par la presse locale, a dépassé nos espérances.

Forts de l’expérience de la route et portés par l’enthousiasme que nous avons soulevé autour de nous, nous demandons une rencontre à Nice avec les chefs d’État africains et le Gouvernement français pour mettre fin définitivement aux expulsions et traitements inhumains. Nous exigeons la fermeture des centres de rétention et la régularisation de toutes les personnes sans-papiers, sans critères, sans conditions !

Ministère de la Régularisation de Tous les Sans-Papiers

14 rue Beaudelique 75018 Paris

www.ministere-de-la-regularisation-de-tous-les-sans-papiers.net