Nous suivre :



Dossiers :
 
Articles :

En une du New York Times aujourd’hui… les problèmes que rencontrent les américains en Irak… Cela a commencé dès le retrait de leurs troupes, le mois dernier. Aussitôt les autorités irakiennes ont affirmé leur souveraineté : les visas sont difficiles à obtenir, les permis de port d’armes retirés à tour de bras, et une centaine d’américains ont été arrêtés, pour la plupart des mercenaires travaillant pour les innombrables boîtes de “sécurité” qui se sont abattues sur ce malheureux pays, depuis le renversement de Saddam Hussein, comme la peste et le choléra.

Les salopards – ainsi qu’on appelle ces mercenaires quand on ne mâche pas ses mots – son enfermés dans un camp militaire, médiocrement nourris et quotidiennement visités par un général qui ne se priverait pas pour les menacer...

Ils auront certes laissé un médiocre souvenir à la population. Massacres de civils et comportements plus que grossiers et brutaux.

Le gouvernement irakien ne cache pa son intention de remettre de l’ordre.

Ainsi, les deux horribles guerre d’Irak, l’une et l’autre scandaleuses, seront néanmoins parvenues à dégager un dictateur infect pour finalement laisser la place à un gouvernement indépendant. Si indépendant qu’à peine les troupes d’occupation parties, il s’en prend à leurs partenaires, sous-traitants privés auxquels il aura été fait appel hors de toute mesure en Irak.

Si les armées sont une calamité, que faut-il dire des armées privées ?

Ce sont simplement des organisations criminelles… légales…

L’Irak leur aura servi de fantastique terrain de jeu – ou faudrait-il dire d’immense laboratoire à ciel ouvert... Ce phénomène de privatisation du monopole légal de la violence se déployant par ailleurs planétairement dans des proportions inouïes. En France comme ailleurs.

Il y a une semaine, Claude Guéant intronisait en France une “haute autorité” chargée de piloter ce secteur si florissant qu’on comptera bientôt plus de flics privés que publics, il n’est pas inutile de regarder l’obscène exemple irakien pour se faire une idée de jusqu’où ceci peut conduire. La Loppsi votée l’an dernier par un Parlement inconscient aura, entre autres, fixé de hautes ambitions pour la police privée, l’intégrant dans le nouvel ordre sécuritaire composé de miliciens d’un côté et de mercenaires de l’autre…

Mais la nouvelle du jour est plus intéressante encore pour ce qu’elle contient d’enseignements “géopolitiques”, ainsi qu’on appelle la politique mondiale. On nous aura tant dit et redit que les Etats-Unis envahissait l’Irak pour en prendre le contrôle que tous auront fini par y croire peu ou prou… Gageons que les envahisseurs eux-mêmes ont pu le penser. C’était oublier leur motivation première et sinon exclusive du moins principale : ils n’ont fait la guerre à Saddam que… pour faire la guerre. Parce qu’il fallait faire tourner le complexe militaro-industriel au lendemain de la chute du mur de Berlin.

L’enseignement n’est certes pas inutile, car il permet de comprendre l’ensemble des conflits que nous avons à subir. Les historiens pourront même légitimement se demander si la Guerre froide elle-même n’a pas été entretenue pendant un tiers de siècle à cette seule fin de faire vivre les machines militaires, à l’est comme à l’ouest.

S’il est possible que le conflit entre “capitalisme” et “communisme” ait été un simple leurre, le prétendu conflit avec l’islam, “l’intégrisme” ou, mieux encore, le “terrorisme” est une mauvaise pièce du niveau d’un guignol de jardin public. Entre les deux, il y aura eu l’Irak, une farce sinistre jouée deux fois.

Il est temps d’en finir avec les budgets militaires.

Paris s’éveille

Flexing Muscle, Baghdad Detains U.S. Contractors

15 janvier 2012

BAGHDAD — Iraqi authorities have detained a few hundred foreign contractors in recent weeks, industry officials say, including many Americans who work for the United States Embassy, in one of the first major signs of the Iraqi government’s asserting its sovereignty after the American troop withdrawal last month.

The detentions have occurred largely at the airport in Baghdad and at checkpoints around the capital after the Iraqi authorities raised questions about the contractors’ documents, including visas, weapons permits and authorizations to drive certain routes. Although no formal charges have been filed, the detentions have lasted from a few hours to nearly three weeks.

The crackdown comes amid other moves by the Iraqi government to take over functions that had been performed by the United States military and to claim areas of the country it had controlled. In the final weeks of the military withdrawal, the son of Iraq’s prime minister began evicting Western companies and contractors from the heavily fortified Green Zone, which had been the heart of the United States military operation for much of the war.

Just after the last American troops left in December, the Iraqis stopped issuing and renewing many weapons licenses and other authorizations. The restrictions created a sequence of events in which contractors were being detained for having expired documents that the government would not renew.

The Iraqi authorities have also imposed new limitations on visas. In some recent cases, contractors have been told they have 10 days to leave Iraq or face arrest in what some industry officials call a form of controlled harassment.

Latif Rashid, a senior adviser to the Iraqi president, Jalal Talabani, and a former minister of water, said in an interview that the Iraqis’ deep mistrust of security contractors had led the government to strictly monitor them. “We have to apply our own rules now,” he said.

This month, Iraqi authorities kept scores of contractors penned up at Baghdad’s international airport for nearly a week until their visa disputes were resolved. Industry officials said more than 100 foreigners were detained ; American officials acknowledged the detainments but would not put a number on them.

Private contractors are integral to postwar Iraq’s economic development and security, foreign businessmen and American officials say, but they remain a powerful symbol of American might, with some Iraqis accusing them of running roughshod over the country.

An image of contractors as trigger-happy mercenaries who were above the law was seared into the minds of Iraqis after several violent episodes involving private sector workers, chief among them the 2007 shooting in Baghdad’s Nisour Square when military contractors for Blackwater killed 17 civilians.

Iraq’s oil sector alone, which accounts for more than 90 percent of the government’s budget, relies heavily on tens of thousands of foreign employees. The United States Embassy employs 5,000 contractors to protect its 11,000 employees and to train the Iraqi military to operate tanks, helicopters and weapons systems that the United States has sold them.

The United States had been providing much of the accreditation for contractors to work in Iraq. But after the military withdrawal, contractors had to deal with a Iraqi bureaucracy at a time when the government was engulfed in a political crisis and Prime Minister Nuri Kamal al-Maliki, fearing a coup, was moving tanks into the Green Zone.

The delays for visa approvals have disrupted the daily movement of supplies and personnel around Iraq, prompting formal protests from dozens of companies operating in Iraq. And they have raised deeper questions about how the Maliki government intends to treat foreign workers and how willing foreign companies will be to invest here.

“While private organizations are often able to resolve low-level disputes and irregularities, this issue is beyond our ability to resolve,” the International Stability Operations Association, a Washington-based group that represents more than 50 companies and aid organizations that work in conflict, post-conflict and disaster relief zones, said in a letter on Sunday to Secretary of State Hillary Rodham Clinton.

Doug Brooks, president of the organization, said in a telephone interview that the number of civilian contractors who have been detained was in the “low hundreds.” He added in an e-mail on Sunday, “Everyone is impacted, but the roots have more to do with political infighting than any hostility to the U.S.”

As Iraqi and American officials were negotiating last summer to keep American troops in Iraq into 2012, the Iraqis refused to grant American troops immunity from Iraqi law, in large part because of violent episodes like the one in Nisour Square. Although the contractors working for the embassy are doing many of the same jobs American troops had, including training, logistics, maintenance and private security, they are not protected from Iraqi law.

Mr. Rashid, the adviser to Mr. Talabani, said Iraqis are fed up with foreign contractors. “The Iraqi public is not happy with security contractors. They caused a lot of pain,” he said. “There is a general bad feeling towards the security contractors among the Iraqis and that has created bad feelings towards them all.”

Mr. Rashid said that traveling to the United States to work was no different. “Every time I go to the airport in New York they open my suitcase three times,” he said. “How long does it take to get an American visa ?”

An adviser to Mr. Maliki said that as part of the current agreement between the United States and Iraq, no Americans should be in the country without the permission of the Iraqi government.

“Iraq always welcomes foreigners into the country, but they have to come through legally and in a way that respects that Iraq now has sovereignty and control over its land,” said the adviser, Ali Moussawi.

Last month, two Americans, a Fijian and 12 Iraqis employed by Triple Canopy, a private security company, were detained for 18 days after their 10-vehicle convoy from Kalsu, south of Baghdad, to Taji, north of the capital, was stopped for what Iraqi officials said was improper paperwork.

One of the Americans, Alex Antiohos, 32, a former Army Green Beret medic from North Babylon, N.Y., who served in the Iraq war, said in a telephone interview Sunday that he and his colleagues were kept at an Iraqi army camp, fed insect-infested plates of rice and fish, forced to sleep in a former jail, and though not physically mistreated were verbally threatened by an Iraqi general who visited them periodically. “At times, I feared for my safety,” Mr. Antiohos said.

In a statement, Triple Canopy, which denied any problems with documents, said that during the detention period, company officials were in contact with employees by cellphone, and brought them food, blankets, clothing, medical supplies and cellphone batteries. All were released unharmed on Dec. 27.

The detention drew the ire of Representative Peter T. King, a New York Republican who heads the House Homeland Security Committee. His office was contacted by Mr. Antiohos’s wife on Dec. 19 seeking help to get the employees released. Mr. King criticized the United States Embassy in Baghdad for failing to help release the contractors caught in a drama that he said might have resulted in part from rival Iraqi ministries’ battling for political primacy.

“They could have been held as power plays by one Iraq department against another, but what adds to the problem is that it does not appear that the State Department is doing anything near what they could be doing,” Mr. King said in a telephone interview.

The United States Embassy in Baghdad, as well as senior State Department and military officials, say that no Americans are currently being detained, and they insist the detentions and visa delays are more the result of bureaucratic inexperience than malevolent intentions.

“The embassy has pushed for consistency and transparency in the government of Iraq’s immigration and customs procedures and urged American citizens to review their travel documents to ensure that they comply with Iraqi requirements to help avoid such incidents,” an Embassy spokesman said in a statement.

One senior American military official said that the current disconnect between the Iraqis and the contractors was “primarily an adjustment of our standard operating procedures as we adapt our people and they adapt their security forces to the new situation.”

[Source : New York Times]

Guéant lance une « haute autorité » de la sécurité privée

Le 9 janvier 2012

Le ministre de l’intérieur, Claude Guéant, va installer, lundi 9 janvier, le Conseil national des activités privées de sécurité (CNAPS), « haute autorité » destinée à moraliser, réglementer et surveiller les entreprises de ce secteur, parfois mises en cause dans des affaires retentissantes. Le CNAPS, en gestation depuis plus d’un an, a été officiellement créé par un décret publié au Journal officiel le 22 décembre.
Il était prévu dans la loi sur la sécurité intérieure, dite « Loppsi 2 », de mars 2011, qui avait déjà procédé à des modifications de la loi de juillet 1983 réglementant les activités privées de sécurité peu ou pas assez contrôlées. Le secteur, selon ses représentants, se porte bien. Il emploie, selon ses organisations représentatives, quelque 170 000 personnes : vigiles, maîtres-chiens, stadistes, agents d’intelligence économique ou chargés de la fouille des aéroports – qui se sont mis en grève en fin d’année – ainsi que détectives. Ils suppléent de plus en plus les 243 000 gendarmes et policiers dans des missions de surveillance par exemple, en raison de mesures d’économies et de réductions d’effectifs.

Le gouvernement parle à cet égard de « coproduction », ce que Claude Tarlet, président de l’Union des entreprises de sécurité privée (USP), résume à sa façon : il y a une « forte demande de sécurité » de la population et « l’Etat ne peut plus tout faire ». Selon lui, 1 000 entreprises se créent chaque année, embauchant à tour de bras anciens policiers, gendarmes ou militaires. Faute de contrôle, elles sont souvent sur la sellette, comme l’a montré en 2011 l’affaire d’espionnage chez Renault. Afin de les réglementer et, surtout, les surveiller, le gouvernement a légiféré, puis nommé, en 2010, un monsieur « sécurité privée » – le préfet Jean-Louis Blanchou – avant de donner naissance au CNAPS, une première en France.

« Personne morale de droit public », selon le ministère de l’intérieur, cet organisme aura la « charge des missions de contrôle et de régulation de la profession », qui le financera en partie et à laquelle il « apportera assistance et conseils ». L’Etat le dote d’un budget de 13,8 millions d’euros, selon un arrêté publié samedi au Journal officiel.

Plus question de faire n’importe quoi et, à terme, le CNAPS devra « proposer au ministre de l’intérieur un code de déontologie ». En attendant, il « exercera une mission de police administrative et une mission disciplinaire ». Désormais, c’est lui qui délivrera, ou suspendra, titres, agréments et autorisations ou cartes professionnelles, parfois trop facilement obtenus. En cas de « manquements », il pourra y avoir sanctions, « de l’avertissement à l’interdiction », selon le ministère.

Deux cent quarante agents (répartis pour moitié entre contrôleurs et agents chargés d’administrer les dossiers) vont intégrer le CNAPS, des « emplois nouveaux » pour les personnels de l’intérieur, selon le ministère. Un collège de 25 membres va l’administrer. Par décret du président de la République paru le 26 décembre, le préfet Jean-Yves Latournerie a été nommé directeur. Au collège figurent notamment M. Tarlet, le criminologue Alain Bauer, l’ancienne préfète de Bretagne, tête de liste UMP dans cette région, Bernadette Malgorn, ou l’ancien monsieur « intelligence économique » du gouvernement, Alain Juillet.

[Source : Le Monde]

Nomination d’un « M. Sécurité privée »

Le 14 juin 2010

Ce préfet contrôlera une profession aux effectifs bientôt aussi importants que ceux des policiers et gendarmes réunis.

Les vigiles, maîtres-chiens, gardes du corps, opérateurs vidéo, personnels de sûreté des aéroports ou des galeries commerciales vont prendre du galon. Brice Hortefeux doit en effet annoncer prochainement la création d’une délégation interministérielle à la sécurité privée. Un « M. Sécurité privée », en somme, qui devra veiller à une meilleure intégration de ces quelque 165.000 agents dans la chaîne de sécurité nationale.

Cette mission est érigée au rang de priorité gouvernementale, au même titre que la sécurité routière, elle-même coiffée par une structure interministérielle depuis les années 1970. L’État n’a plus le choix : alors que les effectifs des forces de l’ordre fondent comme neige au soleil, ceux des sociétés de sécurité privée croissent de 3% par an. Avec plus de 200.000 effectifs d’ici à 2014, il y a aura bientôt presque autant de privés en France que de policiers et de gendarmes réunis.

L’accent sera d’abord porté sur la déontologie et la moralisation du secteur. Car l’État ne peut confier davantage de responsabilités aux privés sans un minimum de garanties. Les derniers arbitrages reviendront à Matignon. Mais c’est bien à Beauvau que le délégué interministériel sera installé.

Déjà, le nom de Jean-Louis Blanchou circule, comme futur titulaire du poste. Jusqu’alors directeur de la sûreté et du management des risques chez Aéroports de Paris, ce haut fonctionnaire, qui avait été auparavant secrétaire général pour l’administration de la police dans les préfectures de Versailles puis de Paris, vient tout juste d’être nommé préfet hors cadre…

Le 7 juin dernier, l’Inspection générale de l’administration (IGA) avait remis au ministre de l’Intérieur un rapport rédigé avec les inspections de la police nationale et de la gendarmerie. La création de ce délégué interministériel figurait parmi les 40 propositions émises par cette mission. Autre mesure phare du rapport : la création d’un Conseil national des activités privées de sécurité. Ce cénacle, où l’État serait majoritaire, est censé fournir un cadre aux concertations avec les représentants des organisations professionnelles. « Cette instance est devenue indispensable tant il y a d’acteurs à revendiquer la représentativité de ces professions », explique un inspecteur général de l’administration. En clair : l’État veut en finir avec la cacophonie qui règne dans chez les professionnels de la sécurité privée. Il veut une instance unique.

Son fonctionnement serait financé, pour une large part, par les sociétés privées. Le Conseil national aurait donc vocation à réfléchir à l’harmonisation des pratiques professionnelles, aux modalités de délivrance des agréments pour travailler dans le secteur privé, aux moyens de faire respecter l’éthique et la législation, avec d’éventuelles sanctions disciplinaires ou pécuniaires à la clé pour les sociétés et leur personnel.

Parallèlement, des policiers et des gendarmes seraient affectés au contrôle des privés. Et puisque l’État ne peut augmenter indéfiniment ses charges en ces temps de rigueur budgétaire, ces missions de contrôle seraient financées par un prélèvement sur le chiffre d’affaires florissant du secteur. L’État encadre, les privés participent.

[Source : Le Figaro]