Nous suivre :



Dossiers :
 
Articles :

Samedi, le cap du 100e jour de grève de la faim était atteint pour Bernard Rappaz. Une manifestation se tenait à Paris, et un appel international était lancé par Jean Ziegler et Daniel Cohn-Bendit.

Aujourd’hui Bernard Rappaz a dépassé le cap des cent jours de jeûne, depuis le début de son incarcération, pour protester contre sa condamnation à 5 ans et 8 mois de prison ferme. Il demande désormais une simple suspension de peine, de quelques mois, pour s’occuper de la liquidation de sa ferme, récemment vendue aux enchères.
 
Précisons que cette grève de la faim intervient en milieu carcéral, et que le prisonnier ne peut d’aucune façon « tricher », contrairement aux rumeurs entretenues en Suisse. S’il a tenu jusque-là, jusqu’à ce record de durée, c’est essentiellement grâce à la conviction qui l’anime d’être victime d’une injustice. Mais il ne tiendra pas longtemps.
 
Un appel a été lancé par Jean Ziegler, vice président de la commission consultative des droits de l’homme de l’ONU, et Daniel Cohn-Bendit, député européen, pour ce centième jour de grève de la faim : « Nous demandons instamment aux autorités suisses d’ordonner sans délai la libération de Bernard Rappaz. »
Une deuxième manifestation s’est tenue à Paris, après celle de lundi devant l’ambassade suisse, ce samedi place Saint-Michel. Les organisateurs prévoient de nouvelles initiatives la semaine prochaine si Bernard Rappaz n’était libéré ce week-end.
 
Contact Presse : Farid Ghehioueche 0614815679